Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Dans les Landes, 271 contrats aidés ne seront pas renouvelés d'ici fin 2017

mercredi 25 octobre 2017 à 6:02 Par Marie Rouarch, France Bleu Gascogne

Combien de contrats aidés ne seront pas renouvelés dans les Landes ? 1 300 selon la majorité socialiste au Conseil départemental, 480 selon un élu d'opposition, 271 selon les derniers chiffres communiqués par la préfecture des Landes.

Image d'illustration
Image d'illustration © Radio France - Philippe Arnassan

Landes, France

La bataille des chiffres fait rage depuis l'annonce, fin août, de la réduction des contrats aidés. Dans les Landes, Conseil départemental, élu d'opposition et préfecture ne sont pas d'accord. À chacun ses chiffres et son analyse de la situation locale.

La semaine dernière, le Conseil départemental des Landes a voté à l'unanimité un "vœu" pour réclamer le maintien de ces contrats financés par l'État. Dans ce texte, la collectivité mentionne le chiffre de 1 300 contrats aidés menacés d'ici la fin de l'année dans le département.

L'annonce fait réagir Mathieu Ara, conseiller départemental d'opposition. Selon lui, ce ne sont pas 1 300 mais 480 contrats aidés qui devraient disparaître dans le département. L'écart est significatif. Impossible à expliquer de prime abord.

1 489 contrats aidés en vigueur à ce jour dans les Landes

Ce mardi, la préfecture des Landes met les choses à plat et visiblement, ni le Conseil départemental ni cet élu d'opposition ne sont totalement dans le vrai. Selon les services de l'État, 271 contrats aidés ne seront pas renouvelés d'ici à la fin de l'année dans le département.

Le Conseil départemental semble donc très loin du compte : 1 300, c'est en fait proche du nombre total de contrats aidés en vigueur actuellement dans les Landes - 1 489 précisément. Or, le gouvernement n'a jamais annoncé qu'il supprimait tous les contrats aidés. Il a toujours été question de réduction. Le Conseil départemental plaide la bonne foi. Son chiffre de 1 300 contrats aidés menacés "ne sort pas de nulle part". Il viendrait des premières évaluations réalisées par les autorités début septembre, après les annonces du gouvernement. D'ailleurs, le président, Xavier Fortinon, a écrit un courrier au Préfet des Landes il y a quelques jours, dans lequel il mentionne ce chiffre. Les services de l'État ne l'auraient pas contredit.

Beaucoup plus près de la mire : le chiffre avancé par Mathieu Ara, dans l'opposition au Conseil départemental. Selon la préfecture, 551 de ces contrats aidés seront arrivés à échéance d'ici la fin de l'année. La nuance, c'est que l'État a d'ores et déjà décidé de sanctuariser, de préserver les postes d'accompagnement des élèves scolarisés en situation de handicap. Ça concerne 280 contrats aidés qui ont donc été renouvelés d'office dans les Landes. Mathieu Ara se satisfait que le chiffre des contrats menacés soit inférieur à ce qu'il a pu craindre et insiste sur les mesures d'accompagnement que le gouvernement veut mettre en place pour venir en aide à ceux qui n'auront plus de contrat d'ici quelques semaines.

Un accompagnement personnalisé pour ceux dont les contrats ne seront pas renouvelés

Le préfet des Landes a mis en place une cellule de coordination hebdomadaire qui réunit les services de l'État, Pôle emploi, Cap Emploi et la Mission locale, pour étudier au cas par cas la situation des 271 personnes dont le contrat ne sera pas renouvelé d'ici la fin de l'année. Elles bénéficieront d'un accompagnement personnalisé.

Pour l'étude de ces contrats aidés, la priorité est donnée aux personnes vulnérables, séniors et personnes en situation de handicap. Elle est également accordée à trois domaines bien précis : l'urgence sanitaire ou sociale, les associations de la politique de la ville et les communes rurales en difficulté pour les postes périscolaires.