Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Dans les Pyrénées-Orientales, le blues et l'espoir des patrons de discothèques

-
Par , France Bleu Roussillon

Après neuf mois de fermeture, les gérants de boîtes de nuit comment à trouver le temps très long. Aujourd'hui, ils réclament un discours de clarté de la part du gouvernement et espèrent pouvoir rouvrir en même temps que les bars et les restaurants.

Une discothèque désertée à Rennes - illustration
Une discothèque désertée à Rennes - illustration © Maxppp - Vincent Michel

Il y a longtemps qu'elles ont coupé le son et la lumière. Depuis le 13 mars dernier précisément. Plus de 9 mois. Autant dire une éternité pour les établissements de nuit, l'un des secteurs d'activité les plus touchés par la crise sanitaire. Et pour l'instant, le bout du tunnel n'est pas encore en vue. Peu de patrons de discothèques osent aujourd'hui espérer une réouverture au 20 janvier prochain vu le contexte sanitaire. Vladimir Ostermann, patron de quatre établissements dans le département, réclame pourtant la réouverture "la plus rapide possible" des discothèques.

La profession souhaite surtout aujourd'hui des perspectives claires et fermes de la part du gouvernement. "Je préférerais qu'on nous dise vous n'ouvrirez qu'en 2022 -j’exagère- plutôt que l'on nous tienne en haleine tous les mois ou tous les 15 jours avec des dates qui finalement ne sont pas tenues" explique le gérant du complexe la Luna à Canet. "C'est très difficile à vivre et aussi très difficile pour se préparer à une éventuelle réouverture".

"On ne pourra pas tenir six mois de plus..."

Dans cette crise, le monde de la nuit ne veut plus être considéré comme un monde à part et demande une réouverture simultanée des bars, restaurants et discothèques. "On ne peut pas ouvrir au compte-goutte les différents établissements" appuie Hérvé Montoyo, le président de l'UMIH 66 (Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie).

Malgré le manque de perspectives à moyen terme, le secteur commence à imaginer un protocole de reprise, comme pour prouver sa bonne volonté. "On prépare la réouverture avec le soutien d'associations de prévention routière et d'associations de secourisme pour la prévention sanitaire" explique Vladimir Ostermann.

"Et puis il ne faut pas oublier que tous nos établissements sont dotés d'agents de sécurité qui sont là aussi pour respecter les protocoles". En tous cas, il y a visiblement urgence. "On ne pourra pas tenir encore six mois comme ça... Sinon il y aura beaucoup de casse".

Les Pyrénées-Orientales comptent une vingtaine d'établissements de nuit (en comptant les établissements saisonniers). Depuis le début de la crise aucun n'a mis la clé sous la porte. Jusqu'à quand ?

Choix de la station

À venir dansDanssecondess