Économie – Social

Darbo : "On ne va pas risquer de se faire mal avant de partir" (témoignage)

Par Nelly Assenat, France Bleu Gascogne mercredi 19 octobre 2016 à 18:01

Eric, un Darbo mobilisé devant le tribunal de commerce de Dax ce mercredi
Eric, un Darbo mobilisé devant le tribunal de commerce de Dax ce mercredi © Radio France - Nelly Assenat

L'usine de panneaux de bois de Linxe (Landes) fermera ses portes lundi 24 octobre à 14h sauf extraordinaire surprise. Le tribunal de commerce demande aux 131 salariés de sécuriser le site pendant les jours qui restent, mais ils ne sont pas tous d'accord.

Les salariés de Darbo ont appris la nouvelle ce mercredi. Leur usine de panneaux de bois de Linxe (Landes) fermera ses portes lundi 24 octobre à 14h sauf extraordinaire surprise.

Les 60 salariés présents à Dax ce mercredi s'attendaient à ce qu'on leur annonce dès aujourd'hui la liquidation judiciaire et la fermeture du site. Si cela n'a pas été le cas et que le tribunal met la décision en délibéré jusqu'à lundi, c'est seulement pour une question de sécurité. Les jours restant jusqu'à la fin de la semaine devront permettre aux salariés de sécuriser l'usine, à savoir nettoyer le site et surtout le vider des produits dangereux et inflammables qui se trouvent sur place, comme les copeaux de bois.

A cette annonce, plusieurs salariés confirment qu'ils vont faire leur travail "jusqu'au bout", qu'ils partent "la tête haute". Beaucoup ont encore l'espoir qu'un site propre attirera un repreneur dans les semaines qui viennent, malgré la liquidation.

D'autres sont plus amers, comme Eric, syndiqué Force Ouvrière. Il reste souriant, fait des blagues, discute avec ses collègues. Mais il se dit aussi "dégoûté". "Lundi on va tous être à la maison. Après ça va être très difficile de retrouver un emploi. On a tous la cinquantaine... sur le marché de l'emploi on sait tous qu'on est trop vieux".

Eric Fillang témoigne au micro de FB Gascogne

Il est hors de question qu'on entre dans les silos

"On est écoeuré. Il est hors de question qu'on entre dans les silos pour les vider, on ne va pas se faire mal avant de partir. Peut-être l'encadrement... il va falloir qu'ils aillent les vider, ce sera la première fois qu'ils le font".

On attend la sentence

Ce salarié, drapeau FO à la main, veut bien nettoyer l'usine "à condition qu'il y ait un repreneur".

Il conclue "on attend, on attend la sentence". Sentence qui tombera lundi à 14h. Ce sera la fermeture de l'usine Darbo de Linxe, créée en 1947.

Partager sur :