Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Dans les quartiers de Toulouse, on casse les stéréotypes grâce au rugby féminin

mardi 28 novembre 2017 à 0:25 Par Nolwenn Quioc, France Bleu Occitanie

Le Stade Ernest Wallon a accueilli un entrainement un peu particulier ce lundi 27 novembre : une quarantaine de filles de 8 à 11 ans, venues de Bellefontaine et de la Reynerie, encadrées par des joueuses de première division féminine. Objectif : démocratiser le rugby féminin dans les quartiers.

Les filles, du CE2 au CM2 s’entraînent par petits groupes sous l’œil attentif d'Audrey Abadie
Les filles, du CE2 au CM2 s’entraînent par petits groupes sous l’œil attentif d'Audrey Abadie © Radio France - Nolwenn Quioc

Toulouse, France

Depuis 8 ans, l'association Rebonds, qui utilise le rugby comme instrument d'insertion, met l'accent sur l'accès au rugby des filles issues de quartiers prioritaires : c'est le projet "L'essai au féminin". Après une série de séances d'initiation mixtes dans les écoles du Grand Mirail, les filles qui le souhaitent, du CE2 au CM1, peuvent s'inscrire pour un entraînement hebdomadaire, sur des terrains au cœur des quartiers. Objectif : leur faire prendre confiance sur le terrain... avant éventuellement d'intégrer un club.

Après l'exercice, le débrief - Radio France
Après l'exercice, le débrief © Radio France - Nolwenn Quioc

Car faire du rugby quand on vient d'un quartier défavorisé, ce n'est pas évident... et encore moins quand on est une fille. "Il y a encore plein de stéréotypes : c'est un sport dangereux, ce n'est pas pour les filles... énumèrela demi d'ouverture de Blagnac, Audrey Abadie, plusieurs fois sélectionnée en équipe de France, et salariée de l'association Rebonds. Dans les quartiers, on fait plus souvent du foot que du rugby. Et souvent on entend que la jeune fille n'est pas faite pour faire du sport, et doit rester à la maison plutôt que d'aller courir sur un terrain".

A Ernest Wallon, les filles de quartiers défavorisées s'initient au rugby

A voir la quarantaine de jeunes qui courent sur le terrain, on est vite convaincu de l'intérêt du projet. "C'est trop bien le rugby !" lance un groupe de filles, sur-excitées de s’entraîner, pour cette séance exceptionnelle, au Stade Ernest Wallon. Au total c'est 130 filles qui s'entrainent le soir après l'école par semaine (sans compter les initiations dans les écoles).

De l'initiation au Top 8

Les plus motivées pourront ensuite s'inscrire dans un club, où elles seront toujours suivies par l'association Rebonds. "En général on les inscrit par deux ou trois, car les entraînements, jusqu'à 15 ans, sont mixtes au rugby, explique Sanoussi Diarra, le président de Rebonds. Dans les faits, on trouve presque seulement des garçons : il faut s'accrocher quand on est la seule fille ! là elles arrivent à plusieurs, c'est plus facile, et l'association se charge de les amener et les ramener chez elles."

Et ce programme peut mener loin, jusqu'au Top 8, l'équivalent du Top 14 chez les filles, soit l'élite française. Lors de cet entraînement, les fillettes ont pu rencontrer Océane Rabhi, joueuse de Blagnac, qui a débuté le rugby au Mirail grâce à Rebonds : "Il y a 11 ans, j'ai fait une semaine de rugby en centre aéré. Puis j'ai fait quelques entraînements le soir, comme ces filles, et j'ai été repérée par une des encadrantes, Manon André (joueuse internationale de St Orens). J'ai intégré un club, je me suis accrochée... et aujourd'hui je joue à Blagnac !". 30 clubs de rugby sont partenaires de Rebonds, et s'engagent à accueillir comme il se doit les jeunes rugbywomens.