Économie – Social

De Tahiti au Berry : une marque de monoï s'installe à Pruniers (Indre)

Par Adèle Bossard, France Bleu Berry mercredi 13 septembre 2017 à 17:12

Keychi Togakaputa a installé sa marque de cosmétiques tahitiens à Pruniers, dans l'Indre.
Keychi Togakaputa a installé sa marque de cosmétiques tahitiens à Pruniers, dans l'Indre. © Radio France - Adèle Bossard

Une famillie tahitienne vient de s'installer à Pruniers, dans l'Indre. Keyshi Togakaputa et son mari y ont installé leur entreprise de cosmétiques polynésiens, "5MK". Le monoï reste fabriqué à Tahiti, mais il est désormais commercialisé depuis le Berry.

Keyshi Togakaputa et son mari ont quitté Tahiti il y a un an pour Pruniers, dans l'Indre, entre Châteauroux et Saint-Amand-Montrond. C'est là qu'ils ont installé leur marque de monoï haut de gamme, "5MK polynesian spirit". L'entreprise a pris place dans une maison du bourg de Pruniers, bien berrichonne, mais où règne déjà cette odeur particulière qui évoque le soleil.

Le monoï se compose d'un mélange d'huile de coco, de fleur de tiare - la fleur blanche emblème de Tahiti - et d'un peu de parfum, à raison d'1%. Mais comme le monoï dispose d'une appellation d'origine, il n'est pas possible de le produire ailleurs que sur l'île de Tahiti. À Pruniers, Keyshi Togakaputa s'occupera principalement du conditionnement et de commercialisation de ses huiles sèches, ses savons, ses baumes. Pour cela, elle n'a donc besoin "que" d'une connexion internet. La maison compte aujourd'hui un showroom, un bureau avec 3 ordinateurs, et bientôt une salle de photo pour faire les clichés des produits.

Les produits tahitiens de Keyshi Togakaputa exposés dans le showroom de l'entreprise à Pruniers.  - Radio France
Les produits tahitiens de Keyshi Togakaputa exposés dans le showroom de l'entreprise à Pruniers. © Radio France - Adèle Bossard

Pourquoi le Berry ?

Keyshi Togakaputa a créé son entreprise au début des années 2010, sur son île natale, mais en 2013, les conditions d'export se durcissent à Tahiti. Avec son mari et ses 5 enfants, elles cherche alors à s'installer en métropole. Très proche de la nature, elle cherche une région rurale : "on avait sélectionné la Bourgogne et le Berry". Son coeur penchera finalement pour les terres de George Sand et de Talleyrand. "Et quand on me demande pourquoi j'ai quitté le soleil de Tahiti, je réponds que le soleil ici se trouve dans le coeur des Berrichons".

Dès son arrivée, elle a été aidée par le maire, ravi de voir une famille avec 5 enfants s'installer dans le village. Maintenant, elle envisage de racheter l'un de ses fournisseurs pour contrôler, en plus, toute la partie production et fabrication. Elle voudrait lever 1 million d'euros et lancera bientôt une campagne de crowdfunding.

À terme, elle espère embaucher une quinzaine de personnes et elle souhaite que ce soit à majorité des personnes à mobilité réduite.

Pour s'offrir un monoï 5MK, il faut compter 39€ les 100 mL. L'entreprise a un site internet, www.5mk.fr.