Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Débrayage au lycée Aubanel d'Avignon pour sauver quatre emplois aidés

lundi 11 septembre 2017 à 16:08 Par Aurélie Lagain, France Bleu Vaucluse

Au lycée Aubanel d'Avignon ce lundi matin, professeurs et agents non-enseignants ont débrayé quelques minutes pour soutenir leurs collègues dont l'emploi aidé est menacé.

Manifestation devant le lycée Aubanel
Manifestation devant le lycée Aubanel © Radio France - Aurélie Lagain

La semaine a commencé par un cours annulé ce lundi matin au lycée Théodore-Aubanel d'Avignon. Leurs professeurs n'étaient pas en cours, mais dans la rue, le temps de quelques dizaines de minutes, accompagnés du personnel non-enseignant : une quarantaine de personnes en tout a débrayé, rassemblée devant l'établissement.

"Faire marche arrière et être encore plus précaire" - Carmen, à la comptabilité

Au milieu du groupe, des femmes en contrat aidé, contrat unique d'insertion. Quatre voient leur contrat menacé. A commencer par Marie, 56 ans, au secrétariat de direction. Après des mois de chômage, elle avait décroché ce contrat "20 heures pour 687€ par mois", précise-t-elle, en faisant l'effort de déménager de l'est de la France.

Ces employées subissent de plein fouet la volonté du gouvernement de réduire le nombre de contrats aidés. En août, les agences Pôle emploi ont reçu l'ordre de les arrêter et de plus en délivrer.

Elle a repris le travail le 24 août, après avoir signé en juin un renouvellement jusqu'au printemps 2018. Ça, c'était jusqu'à jeudi dernier. Jusqu'à ce coup de téléphone : "J'ai reçu un appel de Pôle emploi, qui s'adressait au secrétariat - ils ne savaient pas qui ils avaient en ligne. Ils appelaient pour prévenir que le contrat n'était pas reconduit et s'arrêtait au 30 septembre".

Marie a aussitôt passé l'appel à sa collègue titulaire, qui a tenté d'en savoir plus, notamment concernant les indemnités. "Ce ne sera pas maintenant, nous avons beaucoup de dossiers à traiter d'un seul coup", relate Marie.

Si le contrat de Carmen à la comptabilité n'est pas renouvelé à la fin février, la quinquagénaire redoute les conséquences : le chômage, la recherche d'emploi.. "Retomber à 57 ans à chercher du travail... On vous embauche vous, à 58 ans, après un an de formation pour qu'à 62 ans, vous disiez, je prends ma retraite ? C'est faire marche arrière et être encore plus précaire." Vers quoi se tourner ? "Les services à la personne", mais l'administrative redoute les heures de nuit et le travail physique pour lever notamment les personnes âgées.

"C'est une catastrophe" - Pascale, aide-documentaliste

Pancarte à la main, Pascale, 55 ans est aide-documentaliste depuis mai 2015. Son contrat doit s'arrêter au 11 novembre. "C'est une catastrophe", dit-elle. Mais elle va se "battre pour conserver son contrat". Elle saisit notamment les syndicats. Comment le CDI (centre de documentation et d'information) fonctionnerait-il si elle partait ? Elle, fait "beaucoup de choses, je réceptionne les commandes de livres, je m'occupe des élèves, je participe à leurs recherches, je fais l'ouverture du CDI".

Du coup, les professeurs sont inquiets : "Si notre collègue en contrat aidé n'est plus en CDI, ça veut dire des heures où le CDI sera fermé, du travail plus compliqué pour nous et les élèves", précise Jean-Louis Reix, professeur. Le CDI désorganisé, mais aussi donc le secrétariat de direction, la comptabilité, la vie scolaire...