Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Débrayage dans tous les ports de pêche français en soutien aux dockers lorientais licenciés économiques

vendredi 4 mai 2018 à 5:19 Par Camille Labrousse, France Bleu Breizh Izel et France Bleu

Solidarité de tous les dockers de France avec leurs collègues de Lorient. Les ports de pêche français seront à l'arrêt ce vendredi matin entre 10h et 12h. Un débrayage en soutien aux 10 dockers lorientais qui ont perdu leur travail fin avril, avec la liquidation judiciaire de leur entreprise KSI.

La société qui gère le port de Lorient embauche environ 80 personnes
La société qui gère le port de Lorient embauche environ 80 personnes © Maxppp - Thierry CREUX

Lorient, France

Tous les ports de pêche français seront à l'arrêt ce vendredi matin de 10h à 12h. Les dockers débrayent en soutien à leurs collègues lorientais, au chômage depuis fin avril. Leur société KSI, spécialisée dans la manutention portuaire a été placée en liquidation judiciaire.

La CGT, ultra-majoritaire chez les dockers, ne comprend pas cette décision du tribunal de commerce de Lorient. Son porte parole, Eddie Le Goulven estime que le motif de licenciement économique n'est pas valable, puisque l'activité existe toujours sur le port de pêche. 

On constate le soir qu'une vingtaine d'intérimaires font le travail à la place des gars, c'est inadmissible.

La dialogue est rompu entre les dockers et la direction du port 

La direction de la SEM, la société d'économie mixte qui gère le port de pêche de Lorient répond au syndicat. Des propositions de reclassement ont bien été faites aux dix licenciés, mais hors statut de docker. Les principaux intéressés ont donc refusé. Leur projet de SCOP, société coopérative n'a pas non plus vu le jour, la direction de la SEM dit pourtant s'engager à la soutenir.  

Le dialogue semble donc rompu. Mais les représentants des dockers mettent en garde : s'ils ne sont pas reçus rapidement par les acteurs économiques du port, d'autres mobilisations auront lieu à Lorient.