Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Débrayage de salariés de Von Roll à Delle pour protester contre le plan social

jeudi 4 octobre 2018 à 17:44 Par Emilie Pou et Wassila Guittoune, France Bleu Belfort-Montbéliard

Les salariés de Von Roll Isola se sont mobilisés ce jeudi.Une heure de débrayage pour montrer leur colère face au plan social en cours. 35 de ces ouvriers qui produisent des matériaux composites pour GE, Alstom ou Siemens doivent être licenciés. Cela représente un tiers des salariés.

Von Roll Isola envisage de se séparer de 35 salariés
Von Roll Isola envisage de se séparer de 35 salariés © Maxppp - STEFAN DEUBER

Delle, France

Ils ont imprimé une centaine de tracts pour l'occasion, "Von Roll tue" et ont débrayé pendant une heure. Des salariés de Von Roll Isola de Delle ont protesté ce jeudi contre le plan social en cours qui touche l'entreprise, sous traitante pour GE, Alstom et Siemens. 35 salariés pourraient être concernés, soit un tiers des salariés. 

Je pourrais être jeté comme un chien

Eric fait partie de l'entreprise depuis 25 ans: "_25 ans et je pourrais être jeté comme un chien. Ça me dégoûte, ça me révolte. Tout le monde se fait du souci. J'ai une fille, une femme, une maison à payer. Notre président dit que c'est facile de trouver du boulot, mais si je vais au Mac Do en face, ils ne me prendront pa_s". Francis Girard est le délégué syndical CGT de Von Roll: "Il va y avoir des dégâts humains. On pense qu'il y a une autre alternative possible pour réduire le nombre de personnes touchées. On a de l'activité. Le travail existe". 

La direction répond qu'il s'agit d'une nouvelle organisation

Du côté de la direction, on répond que le but est de sauver le site: " En mettant en place une nouvelle organisation, avec 35 postes en moins, mais aussi avec la création de 3 ou 4 postes. Les négociations sont toujours en cours avec les syndicats".