Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Début des Primeurs dans le vignoble bordelais : 6000 professionnels de 15 pays attendus

-
Par , France Bleu Gironde

Du 1e au 7 avril, le millésime 2018 fait sa première sortie à l'occasion de la semaine des Primeurs dans le bordelais. Des professionnels du vin venus d'Europe, des Etats-Unis, d'Asie, goûtent et notent ces vins, qui bien qu'ils ne soient pas encore arrivés à maturité, seront bientôt commercialisés.

Dans la salle des dominicains à Saint-Emilion dans le libournais, une centaine des professionnels découvrent le millésime 2018 chaque jour jusqu'à vendredi.
Dans la salle des dominicains à Saint-Emilion dans le libournais, une centaine des professionnels découvrent le millésime 2018 chaque jour jusqu'à vendredi. © Radio France - Fanny Ohier

Bordeaux, France

6000 professionnels venus d'une quinzaine de pays entament un marathon vinicole jusqu'à dimanche 7 avril dans le bordelais. Ils ont une semaine pour goûter et se faire un avis sur le millésime 2018, à l'occasion de la semaine des Primeurs. Ils auront ensuite à cœur de conseiller au mieux leurs clients dans leurs achats. Des bouteilles que ces derniers n'auront pas en main avant un an, un an et demi. C'est le principe même des Primeurs. Les vins dégustés ne sont pas encore arrivés à maturité et donc vendus par anticipation

Un rendez-vous immanquable pour les professionnels du vin

"Pour moi, c'est très important de venir aux Primeurs !", explique Nicolas Guérin, qui a fait le déplacement depuis Londres jusqu'à Saint-Emilion. Marchand de vins de l'autre côté de la Manche et à Hongkong, ses clients sont amateurs de grands crus bordelais. Cette semaine lui permet d'aller directement à la rencontre des producteurs sur les propriétés viticoles. "On en apprend davantage à propos du millésime, c'est essentiel pour comprendre un vin sur les vingt prochaines années." Pour l'instant, celui de cette année lui apporte satisfaction. 

"Apparemment, le travail dans la vigne a été très compliqué mais le résultat dans le verre est assez exceptionnel !"— Nicolas Guérin, marchand de vin à Londres

Parmi les pays étrangers, le Royaume Uni est largement représenté, tout comme les Etats-Unis, la Belgique, la Suisse, le Japon, Hongkong. Aux Primeurs, c'est gagnant-gagnant. D'un côté, les distributeurs, s'ils anticipent bien le succès d'un vin, peuvent l'acheter à moindre prix.  De l'autre, les producteurs ont un premier retour sur la qualité de leur produit et se constituent une avance de trésorerie.  

A Saint-Emilion : un millésime, des avis divergents

La Salle des dominicains à Saint-Emilion accueille environ 360 échantillons des grands crus de Saint-Emilion, Pomerol et Fronsac. Il y a plus de références que l'année dernière, qui avait souffert du gel. Pourtant, le millésime 2018 a lui aussi dû se battre contre les éléments. La pluie, d'abord, de novembre à juillet 2017. Le mildiou ensuite, avant un épisode de pluie de nouveau, à la veille des vendanges. Il revient de loin. 

Thomas Le Menn est courtier, il sert d'intermédiaire entre producteurs et acheteurs. Ce qu'il cherche, c’est la pépite. 

"Tout le monde a qualifié ce millésime de "capricieux", à cause des maladies. En réalité, beaucoup de châteaux ont fait des choses extraordinaires cette année !" — Thomas Le Menn, courtier

Il le reconnait cependant, la qualité des crus est inégale. Une irrégularité qui rebute Georges Coulanges, caviste dans les Ardennes. 

"Je m’attendais à mieux", confie Georges Coulanges, caviste. "Je suis mi-figue mi-raisin". 

Lui qui met un point d'honneur à vendre des vins de propriétaires à ses clients. Cette année, il leur conseillera de se méfier du millésime 2018, "pas évident" à appréhender selon lui. "J’ai trouvé des choses très bonnes et d’autres beaucoup, beaucoup plus décevantes. Je n'arrive pas à me faire une idée et c'est rare !" Georges Coulanges reste prudent avant de se prononcer définitivement : il attend de voir comment le vin vieillira. 

Tous les jours jusqu'à vendredi, ils seront une centaine de professionnels à venir évaluer le nouveau millésime, dans cet ancien couvent.