Économie – Social

Grands travaux à La Bastide : "on va ouvrir le quartier à la ville"

Par Solène De Larquier, France Bleu Limousin mardi 20 juin 2017 à 6:00

La destruction de barre Pissaro vient de démarrer par "grignotage", juin 2017.
La destruction de barre Pissaro vient de démarrer par "grignotage", juin 2017. © Radio France - Solène de Larquier

Après avoir pris beaucoup de retard, les grands travaux à La Bastide sont relancés. Cette rénovation à grands frais doit permettre de donner un nouveau visage à ce quartier sensible de Limoges et améliorer la qualité de ses habitants.

La barre Pissaro est déjà grignotée par les grues. Construits après la seconde guerre mondiale, ces immeubles doivent laisser place à des pavillons, dont la moitié seront des logements sociaux, et à une grande place. L'opération prévoit la "résidentialisation" du quartier : les abords des immeubles seront revalorisés avec par exemple la rénovation des parkings, l'enterrement des bennes à ordures lorsque ce sera possible et le verdoiement des alentours.

"Le Bastide 2020" poursuit le projet entamé depuis 2008. Il a déjà donné vie à un stade de football synthétique bordé d'un petit parc avec un espace de jeux. Les abords des petites barres d'immeubles autour du terrain ont également fait l'objet d'une revalorisation. Le plan de résidentialisation prévoit d'ailleurs la privatisation d'une partie des constructions. "L'espace public est à tout le monde et personne à la fois. En privatiser une partie permet aux habitants de s'approprier l'espace, de se sentir chez soi" explique Anne Billebeaud, agent de développement au service logement et politique de la mairie de Limoges.

"L'enjeu est de redéfinir un quartier qui était un peu à part pour l'intégrer complètement dans la ville" - Emile Roger Lombertie, maire de Limoges.

Le but est de donner un visage plus humain à ce quartier sensible et d'en améliorer le niveau de vie. La qualité des services sera revue à la hausse : le centre commercial, le marché et l'EHPAD vont être entièrement refaits. "L'enjeu est de redéfinir un quartier qui était un peu à part pour l'intégrer complètement dans la ville" affirme Emile Roger Lombertie, maire de Limoges. C'est notamment la destruction de la barre d'immeuble Seurat, "ressentie comme une forteresse" qui devrait ouvrir La Bastide à la ville.

Gérard Vandernbroucke, Bruno Genest et Emile Roger Lombertie présentent le projet "La Bastide 2020", le 15 juin 2017. - Radio France
Gérard Vandernbroucke, Bruno Genest et Emile Roger Lombertie présentent le projet "La Bastide 2020", le 15 juin 2017. © Radio France - Solène de Larquier

Un quartier plus ouvert et plus dynamique

La ville et l'agglomération ont également repensé ensemble les voiries et la desserte du quartier. Le quartier doit ainsi être relié à Esther et à l'Aquapolis par une passerelle au-dessus de l'A20. L'enjeu est d'ouvrir le quartier sur la ville et surtout le dynamiser avec une meilleure desserte des transports en commun. Un grand carrefour urbain va être aménagé pour faciliter l'accès au quartier et donc mieux desservir les lieux où il y a du travail mais aussi favoriser la création d'emploi à La Bastide. "Ouvrir ce quartier à l'extérieur, améliorer les axes de communication est l'un des points essentiels de ce projet" affirme Gérard Vandenbroucke, président de Limoges métropole, un point sur lequel le maire de la ville semble entièrement d'accord.

4.000 habitants sont concernés par ces travaux. La destruction des deux barres d'immeubles Pissaro et Seurat impacte déjà 178 appartements dont les locataires ont été relogés. La moitié d'entre eux a insisté pour rester sur La Bastide, un souhait qui montre d'ailleurs un fort attachement au quartier malgré son déficit d'image. "C'est sûr qu'on ne supprimera pas d'un coup de baguette magique tous les problèmes mais l'urbanisme est un point de départ. Ce n'est pas seulement la construction de bâtiments nouveaux, ça permet de mieux vivre dans un quartier" avance Gérard Vandenbroucke, président de Limoges métropole. Coût de l'opération : 48 millions d'euros qui sont financés par divers acteurs, notamment la ville, Limoges métropole et l'Etat. Les travaux, qui doivent finir par la reconstruction de l'EHPAD, doivent se terminer en 2020.