Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Déconfinement au Pays Basque : "des structures touristiques ne rouvriront pas"

-
Par , , France Bleu Pays Basque

Malgré le plan de 18 milliards d'euros pour soutenir le tourisme, annoncé jeudi par le gouvernement, et les mesures pour relancer la filière dans les prochaines semaines, des entreprises du secteur ne se relèveront pas sur notre territoire estime le directeur de l'office de tourisme du Pays Basque.

Animations estivales annulées, rassemblements limités, réouvertures tardives après plus de 2 mois d'inactivité, beaucoup de professionnels du tourisme vont souffrir au Pays Basque
Animations estivales annulées, rassemblements limités, réouvertures tardives après plus de 2 mois d'inactivité, beaucoup de professionnels du tourisme vont souffrir au Pays Basque © Radio France - Valérie Menut

Le gouvernement a présenté ce jeudi 14 mai un plan de relance pour l'industrie touristique comprenant une enveloppe de 18 milliards d'euros d'aides. Les bars, cafés et restaurants devraient pouvoir rouvrir à partir du 2 juin dans les zones vertes, dont font partie les Pyrénées-Atlantiques pour le moment. La décision définitive, en fonction de l'évolution de l'épidémie de Covid-19, devrait être prise d'ici 10 jours. Par ailleurs, les entreprises du tourisme et de l’événementiel pourront recourir au chômage partiel jusqu'à la fin de l'année.

"Beaucoup vont ouvrir à perte"

Malgré toutes ces annonces, on empêchera pas la faillite de centaines d'entreprises touristiques. Le Pays Basque ne sera pas épargné affirme Nicolas Martin, le directeur de l'office du tourisme du territoire, invité sur France Bleu Pays Basque ce vendredi 15 mai à 7h10. 

Il se réjouit évidemment de l'annonce de cette importante enveloppe d'aides budgétaires pour une secteur qui va en avoir forcément besoin : "beaucoup de professionnels du tourisme cet été vont ouvrir à perte. Quand vous réduisez la capacité de votre hôtel, de votre restaurant de 50% nécessairement _les charges fixes sont les mêmes mais les recettes diminuent._"

Certains ne s'en relèveront pas

Ces 18 milliards ne seront cependant pas suffisant pour sauver toutes les entreprises du secteur touristique, fragilisées par plus de 2 mois de fermeture et dépendantes des conditions drastiques de réouverture. "Malheureusement, il y a des structures qui ne rouvriront pas, pense le directeur de l'office de tourisme du Pays Basque. Dans l'hôtellerie notamment, certaines ont du emprunter pour se remettre aux normes et les aides d'Etat, dans certains cas, même si elles sont les bienvenues, ne seront pas suffisantes pour pérenniser l'activité."

On devrait avoir très vite un premier élément de réponse avec l'autorisation de réouverture des cafés et restaurants vraisemblablement le 2 juin. "C'est enfin une bonne nouvelle et surtout une nouvelle concrète. C'est ce qui nous manque le plus, des choses précises." Une note positive qui vient s'ajouter à l'annonce de la réouverture des plages du Pays Basque dès samedi 16 mai qui réjouit évidemment les professionnels du tourisme, même si elle n'empêchera pas certains de sombrer.

"Réinventer un modèle pour conserver l'esprit fête"

"On a dans l'industrie du tourisme beaucoup d'entreprises très saisonnières, rappelle Nicolas Martin, des restaurants de plage par exemple, qui ouvrent 3-4 mois dans l'année. Pour eux cela va être encore plus _compliqué parce qu'ils n'auront pas la capacité de se rattraper un peu cet automne_, si tant est que l'automne soit bon."

En attendant, les professionnels du tourisme doivent penser à cet été et réinventer les centres d'intérêt et d'attractivité, en l'absence des festivités et des spectacles culturels habituels. "On a un été qui sera effectivement un peu bizarre, reconnait le directeur de l'office de tourisme du Pays Basque. A nous de réinventer un modèle de micro animations, de micro événements pour conserver malgré tout l'esprit fête des vacances."

Les atouts du Pays Basque pour se relever

Nicolas Martin se veut même optimiste sur le plus long terme. Si certaines entreprises auront du mal à se relever, "cette crise (...) _peut être malgré tout une opportunité pour le Pays Basque_. Les français, et même les étrangers, auront une envie de nature, d'espaces, de circuit-courts, d'agriculture paysanne... et tout cela correspond complètement à l'ADN du territoire. A nous de savoir mettre en résonance tout cela pour leur donner envie de venir dans des conditions sanitaires qui soient rassurantes pour eux."

Quant à la clientèle étrangère, son absence cet été n'aura pas un fort impact au Pays Basque assure le spécialiste. Hors Biarritz, qui sera plus touchée, elle ne représente que 12% des visiteurs. "Cela nous conforte dans l'idée que _les clientèles que nous souhaitons avoir sont des clientèles de proximité_, de La Rochelle ou Poitiers jusqu'à Valladolid, c'est à dire le nord-ouest de l'Espagne et le Grand Sud-Ouest (Nouvelle Aquitaine et Occitanie)"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu