Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Déconfinement : comment Lorraine Airport va-t-il reprendre son envol ?

Privé de vols passagers depuis la fin mars, l'aéroport situé entre Nancy et Metz s'apprête à reprendre son activité commerciale en juin. Mais dans quelles conditions et avec quelles perspectives d'avenir ?

Lorraine Airport
Lorraine Airport © Radio France - Clément LHUILLIER

Avec la crise du Covid-19 et l’interruption du trafic aérien de passagers, faut-il s’inquiéter pour Lorraine Airport, l’aéroport situé entre Nancy et Metz ? L’aéroport a perdu environ 60.000 passagers depuis l’arrêt de ses liaisons commerciales fin mars. Pour rapppel, il avait accueilli 270.000 passagers en 2018. Et la reprise est encore incertaine. De premiers vols Twinjet sont programmés à partir du 17 juin en direction de Toulouse et Marseille mais Air France n'a pas encore dévoilé son programme et les vols vers l'étranger sont toujours suspendus.

Des vols pas remplaçables par le train en Lorraine

De nombreux aéroports régionaux s’interrogent sur leur pérennité et sur l’état de santé des compagnies aériennes qui y posent des appareils. Faut-il s’inquiéter pour Lorraine Airport ? Pour Yves Loubet, le directeur général par intérim de la structure, la plate-forme lorraine a des atouts : 

"Je ne vais pas dire que je ne suis pas inquiet. Tout le monde l'est dans le secteur. Maintenant, par rapport à des aéroports du sud de la France qui ont beaucoup de compagnies low-cost, Lorraine Airport cultive plusieurs branches d'activités.  On a les vols réguliers intérieurs opérés par Air France et Twinjet (Lyon, Nice, Marseille et Toulouse) où les distances sont longues et au delà des deux heures et demi de train. On pense ne pas être trop impactés mais on n'a pas encore tous les éléments."

Pas de crainte concernant les vols dits "communautaires" en direction de l'Afrique du Nord, bloqués pour l'instant, mais qui devraient retrouver le succès commercial qui est le leur selon Yves Loubet. Le directeur de Lorraine Airport espère un retour quasiment à la normale une fois que ces obstacles seront levés.

La région Grand Est avait lancé une étude

De son côté, la région Grand Est, qui gère la plate-forme avait lancé il y a plusieurs mois une étude sur l'avenir de ses aéroports. La crise du Covid-19 est venue alimenter cette réflexion explique Christian Debève, le conseiller régional en charge des aéroports : 

"Vous avez eu sur l'aéroport de Vatry (Marne) des Antonov qui ont atterri pour apporter des masques, à Metz-Nancy Lorraine, il y a eu une activité de déplacement de personnes atteintes du virus. Ces structures jouent un rôle stratégique, un rôle important, on vient de le voir."

A l’heure actuelle, pas question d’effectuer des coupes sombres pour des aéroports qui ne se concurrencent pas entre eux, selon la région.

Qui du réseau régional d'Air France ?

Encore faut-il que les compagnies veuillent encore se poser à Lorraine Airport. L’intersyndicale de Hop, filiale régionale d’Air France craint pour la survie de certaines lignes en province. Air France qui relie la Lorraine à Nice et Lyon pour l'instant. Christian Debève et la région Grand Est attendent des garanties : 

"L'Etat, ça ne me choque pas, veut maintenir la compagnie aérienne nationale et va mettre au pot sept milliards d'euros. Je trouverais dommageable qu'il n'y ait pas une discussion avec Air France pour maintenir ou remettre en place des lignes qui fonctionnent. Qu'il n'y ait pas un désengagement de principe parce que ça arrange X ou Y."

Air France sous la pression du gouvernement qui lui demande de réduire d'ici 2024 de 50% ses émissions de CO2 sur ses vols domestiques.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess