Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Déconfinement : les commerçants brestois s'organisent pour la réouverture

-
Par , France Bleu Breizh Izel

Ils peuvent rouvrir leurs boutiques dans une semaine : les commerçants brestois s'organisent et chamboulent toute leur organisation pour accueillir la clientèle, en respectant les règles sanitaires et gestes barrières.

Rue de Siam à Brest, les petits commerces ont hâte de rouvrir
Rue de Siam à Brest, les petits commerces ont hâte de rouvrir © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

Ils vont enfin pouvoir rouvrir : les commerçants de Brest s'organisent depuis déjà plusieurs semaines pour accueillir les clients à partir du 11 mai, en respectant au mieux les gestes barrières et les règles sanitaires. "C'est une sacrée organisation", souffle Sophie Bureau, qui tient une boutique de vêtements dans le centre-ville. Fini la flânerie dans les rayons : il faudra désormais respecter un certain nombre de règles.

Limiter les contacts

Chacun a déjà prévu de réguler le nombre de clients pouvant être sur place en même temps. "Ça ne devrait pas tellement changer en semaine, mais le samedi après-midi, on aura sans doute un quelqu'un pour filtrer les entrées", explique Yann Hirgair, gérant de la boutique Le bruit qui court. Même chose au Cosmonaute, concept store situé aux Capucins, qui a encore des incertitudes sur sa date de réouverture : "on a _deux entrées en temps normal, on va restreindre à une seule_", indique la directrice Christelle Bordais.

Elle va également réaménager le magasin "pour faire des allées beaucoup plus larges". Le but : pouvoir conseiller les clients en rayon, tout en gardant les distances de sécurité. Dans son magasin de vêtements, Sophie Bureau a également prévu de mettre moins de choses sur les cintres et étagères : "on ne mettra qu'une ou deux tailles par modèle pour que ce soit visible et éviter que les clientes touchent à tout".

Tout désinfecter

Du gel hydroalcoolique sera systématiquement proposé à l'entrée. Certains comme Yann Hirgair entendent aussi "demander le _port du masque obligatoire_" de la part des clients. "Mes salariés auront des masques, visières, et gants jetables entre chaque client", indique-t-il. Le nettoyage des boutiques va devenir aussi plus systématique. "On ne peut pas empêcher les clients de toucher les objets mais on a du spray désinfectant et des chiffons, on est équipés pour tout désinfecter", précise Christelle Bordais.

Quant à l'essayage des vêtements, il pourrait rester faisable sous conditions. "Je prendrai les mensurations de la cliente s'il y a un doute pour être sûre qu'elle essaie un seul vêtement, à la bonne taille, précise Sophie Bureau. _Un vêtement essayé passera en arrière-boutique pour trois heures de décontamination_, et la cabine d'essayage sera désinfectée entre chaque passage". "On va orienter les clients vers l'essayage à la maison, ajoute Yann Hirgair. S'ils tiennent à essayer sur place, le vêtement sera ensuite désinfecté avec un appareil à vapeur". Pour les chaussures, il a aussi prévu des chaussettes jetables à faire mettre aux clients.

Poursuivre la vente à distance

La réouverture ne signifie pas pour ces commerçants faire une croix sur les systèmes D développés en raison du confinement. Ceux qui se sont mis au drive ou à la livraison comptent bien poursuivre sur cette voie. "On a eu très bon retour des clients, et on va améliorer ce service après le 11 mai", lance le gérant du Bruit qui court. 

Même chose au Cosmonaute. "On tient au magasin physique, mais on va _poursuivre les livraisons et la vente à distance en complément, on n'a pas le choix_, estime Christelle Bordais. On a eu beaucoup de demande. On est tous en train de se battre pour avoir du chiffre d'affaire, l'avenir nous dira s'il faudra l'accentuer ou pas".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess