Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Retrouvez les résultats définitifs du second tour des Municipales, commune par commune

Tous les résultats

Déconfinement en juillet : la douche froide pour une restauratrice de Vesoul

-
Par , France Bleu Besançon

Pas de déconfinement avant mi-juillet au plus tôt pour les restaurants, l'annonce d'Emmanuel Macron de lundi n'est pas de nature à rassurer les professionnels de la restauration. Ils ne comprennent pas qu'on prévoit d'envoyer les enfants à l'école et qu'on leur interdise de recevoir des clients.

Restaurant le Pic Assiette à vesoul
Restaurant le Pic Assiette à vesoul © Radio France - Jean-François Fernandez

Depuis le 15 mars 2020 à minuit, comme tous les restaurants et bars en France le "Pic Assiette" à Vesoul est fermé. Sur la vitrine on peut voir une affiche avec inscrit "à coeur de nous retrouver, clients et commerçants".

Affiche sur la vitrine du restaurant
Affiche sur la vitrine du restaurant © Radio France - Jean-François Fernandez

Bien que son restaurant soit fermé, Anne Gatey la patronne de l'établissement est en cuisine ce mardi matin. Elle est venue faire un gâteau pour les salariés de l'EHPAD de Scey-sur-Saône où sa maman est résidente.

Juste avant de livrer son gâteau, Anne donne la dernière touche en cuisine. Derrière elle on voit les chambres froides ouvertes, c'est quelque chose qu'on ne voit jamais dans une cuisine de restaurant, sauf en période de fermeture.

Anne Gatey dans sa cuisine, derrière elle les chambres froides ouvertes et vides.
Anne Gatey dans sa cuisine, derrière elle les chambres froides ouvertes et vides. © Radio France - Jean-François Fernandez
Détails du gâteau pour le personnel de l'EHPAD de Scey-sur-Saône
Détails du gâteau pour le personnel de l'EHPAD de Scey-sur-Saône © Radio France - Jean-François Fernandez

On s'en doutait.

Comme des millions de Français, la patronne du restaurant était devant sa télévision hier soir pour écouter les annonces du président de la république. "On se doutait bien qu'on serait les derniers à avoir le droit d'ouvrir vu l'interdiction de regrouper des gens" témoigne Anne Gatey.

Mais la patronne de cet établissement n'arrive pas à comprendre l'interdiction pour les restaurateurs d'ouvrir avec au même moment l'ouverture des écoles probable à partir du 11 mai. "Quand il y a 25 ou 30 enfants dans une même classe, qui ensuite rentrent dans 25 ou 30 familles différentes, ça risque rien. Mais nous restaurateurs quand on reçoit 20 à 25 clients qui eux peuvent être espacés de 1m50 et ne pas parler entre eux, nous on à pas le droit". 

Les aides? Je n'en vois pas la couleur!

S'il faut attendre mi-juillet, cela fera 4 mois sans activité, sans aucune rentrée d'argent, les aides Anne Gatey n'en a toujours pas vu la couleur. Elle a essuyé un refus de l'URSAF, pas de nouvelles du fonds de solidarité, elle a dû faire un emprunt à la banque :

"Le 20 mars j'ai rempli le dossier pour une aide de 1500 Euros à l'URSAF. Le 3 avril on a fait une demande d'aide de fonds de solidarité, de 1500 Euros. On nous dit que cela sera cumulable, le 8 avril l'URSAF me répond que comme je suis éligible au fonds de solidarité je n'aurais pas le droit à l'aide URSAF. Aujourd'hui, je n'ai toujours pas reçu le fonds de solidarité".

Depuis la fermeture de son commerce, Anne Gatey n'a plus aucune rentrée d'argent, en revanche elle doit faire l'avance des salaires de ses salariés. "Je suis allée à la banque pour faire un prêt pour pouvoir régler les charges fixes et les salaires. Il y a une prise en charge par l'état (pour les salaires) mais je ne sais pas quand, c'est à nous d'avancer les salaires. Et je vais avancer encore avril, j'ignore totalement quand est-ce que l'état va nous rembourser, à hauteur de combien. Personnellement je n'ai rien vu venir de personne".

Restaurant "le pic assiette" à Vesoul
Restaurant "le pic assiette" à Vesoul © Radio France - Jean-François Fernandez

La vente à emporter.

A partir de la semaine prochaine, Anne Gatey va se lancer dans la vente à emporter. "Je vais faire de la vente sous vide, pour permettre aux clients d'acheter pour plusieurs jours et garder dans leur frigo, afin d'éviter de trop se déplacer". Mais la patronne du restaurant est lucide, elle sait très bien que la vente à emporter ne permettra jamais de rattraper ce qu'elle a perdu depuis mi-mars. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu