Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Déconfinement : réouverture des cafés et restaurants en Sarthe le 2 juin, oui mais dans quelles conditions ?

-
Par , France Bleu Maine

Les cafés et restaurants pourront rouvrir à partir du 2 juin si la Sarthe reste en vert sur la carte de l'épidémie. C'est une bonne nouvelle pour les restaurateurs à condition qu'ils aient les moyens de travailler. Beaucoup de questions se postent sur le protocole sanitaire et le retour des clients.

Les cafés et restaurants sont fermés depuis deux mois. Ils espèrent rouvrir le 2 juin dans de bonnes conditions pour accueillir les clients.
Les cafés et restaurants sont fermés depuis deux mois. Ils espèrent rouvrir le 2 juin dans de bonnes conditions pour accueillir les clients. © Maxppp - BELPRESS/MAXPPP

"C'est une bonne nouvelle" reconnait Philippe David. Le président départemental de l'UMIH, l'union des métiers et des industries de l'hôtellerie qui représente aussi les cafetiers et les restaurateurs, attendait avec impatience que le gouvernement fixe une date de réouverture. Mais ce que le Premier ministre n'a pas précisé jeudi, lors de la présentation de son plan de soutien au secteur du tourisme,  c'est dans quelles conditions les cafés, hôtels et restaurants pourront redémarrer. " Quel protocole sanitaire sera imposé aux restaurateurs et aux cafetiers ?" s'interroge Philippe David. " Pour l'instant, il faut respecter un espace de 4m² par personne. Vous imaginez bien que dans ces conditions, beaucoup de restaurants ne pourront pas rouvrir. Soit parce qu'ils n'ont pas assez de place. Soit parce que le nombre de couverts ne sera pas suffisant pour garantir la rentabilité du service". 

Rouvrir le 2 juin c'est une bonne chose, encore faut-il savoir dans quelles conditions s'interroge Philippe David, le président départemental de l'UMIH, l'union des métiers et des industries de l'hôtellerie

Une clientèle suffisante pour faire tourner la boutique ?

L'autre inconnue, c'est le comportement des clients. Vont-ils fréquenter les bars et restaurants comme avant ou auront-ils peur de franchir les portes d'un lieu confiné. Philippe David gère l'hôtel Ibis de Mulsanne. Depuis le début de la crise, il a peu de clients et de réservations. "Aujourd'hui vous ne pouvez pas ouvrir un hôtel de 50 ou 100 chambres avec 5 réservations dans la journée. Les charges sont beaucoup trop importantes par rapport au chiffre d'affaire de ces 5 chambres louées par jour". L'annonce du gouvernement de permettre aux Français de partir en vacances en France cet été, sans limite de distance, " est une bonne chose" pour Philippe David. A condition que les lieux touristiques du département, comme le zoo de la Flèche ou les musées rouvrent.  

Il faut assez de clients pour que cela soit rentable rappelle Philippe David, le président départemental de l'UMIH, l'union des métiers et des industries de l'hôtellerie

L'incertitude qui pèse sur l'organisation des 24 heures du Mans

Cet réouverture des bars et des restaurants le 2 juin peut-elle sauver la saison. " Surement pas" pronostique Philippe David. "Mais elle peut limiter les dégâts, à condition que les grands événements du printemps, reportés après l'été, soient bien maintenus". En premier lieu, les 24 heures du Mans auto, moto et vélo qui voient des centaines de milliers de spectateurs et touristes remplir les hôtels, cafés et restaurants de la Sarthe. " Si les 24 heures du Mans sont annulés, ce sera catastrophique. Même chose si la course était organisée à huis-clos". 

Philippe David gère l'hôtel Ibis à Mulsanne. Il craint que les 24 heures du Mans, reportées au mois de septembre, soient finalement annulées ou se déroulent à huis clos

A lire aussi : Coronavirus : un nouveau report des 24 heures du Mans ?

Des aides de l'Etat indispensables pour éviter la faillite

Les hôteliers, restaurateurs et cafetiers naviguent à vue. Impossible pour l'instant d'engager du personnel supplémentaire pour la saison sans savoir si les commerces pourront faire du chiffre d'affaire. Les aides de l'Etat en terme de prise en charge de chômage partiel ou de prêt garanti ont été prolongées jusqu'au mois de septembre pour le secteur. " Selon mes estimations, 60 à 70% des hôtels, cafés et restaurants de la Sarthe bénéficient de ces aides. Il faudra aussi, selon Philippe David, que les commerces touchés par la crise puissent différer le remboursement des emprunts auprès de leur banque d'un an et non pas seulement de six mois comme c'est déjà le cas.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess