Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Déconfinement : le coup de gueule d'un patron messin de discothèque

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

Les boîtes de nuit devraient attendre la fin de l'été pour pouvoir rouvrir leurs portes. Le responsable du "Channel" à Metz confie que la situation est "très dure".

En Moselle, il existe une quinzaine de discothèques et autres bars de nuit
En Moselle, il existe une quinzaine de discothèques et autres bars de nuit © Maxppp - Bill Lyons

Les patrons de discothèques et autres bars de nuit sont furieux. Ce lundi 22 juin, les cinémas et autres casinos ont pu rouvrir leurs portes, mais pas ces établissements nocturnes qui devront attendre début septembre. Le gouvernement ne veut prendre aucun risque. Mais l' UMIH, l'union des métiers et de l'industrie de l'hôtellerie s'inquiète pour la filière et menace de saisir le Conseil d'Etat. Un professionnel messin témoigne. 

Olivier Molari est le propriétaire du Channel, dans le centre-ville de Metz. La dernière fois qu’il a vu ses clients se déhancher sur la piste de danse, c’était le 14 mars dernier. Depuis, les enceintes de son établissement ont été éteintes. Ses six salariés sont au chômage partiel et pour vivre, il puise dans ses économies personnelles. 

La réouverture cet été, il y croyait dur comme fer et il avait même imaginé un protocole sanitaire

Toute personne debout porte un masque...quand on va aux toilettes, on met un masque...on aurait pu mettre en place des gestes barrières. 

En attendant la rentrée, outre la continuité des aides de l’Etat, Olivier Molari demande un assouplissement de la législation pour que son établissement puisse ouvrir en journée, comme un bar traditionnel. 

Ce serait une roue de secours pour payer les charges. Je pourrais survivre comme bar-apéro et fermer à 2 heures du matin comme les bars.

En cas de nouveau report de la date de réouverture des discothèques, le patron du Channel ne se fait guère d’illusions : il mettra la clé sous la porte

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu