Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : 15 départements en vigilance rouge, 49 en orange

Déconfinement : le Grand-Est et les Hauts-de-France ne veulent plus s'afficher en rouge

Le nord et l'est de la France doivent passer au vert ! Les présidents des régions Grand-Est et Hauts-de-France écrivent au Premier ministre. Ils veulent que les deux collectivités se colorent enfin en vert sur la carte du déconfinement. Le rouge nuit au tourisme et aux affaires.

Le Grand Est et le Nord veulent ne veulent pas rester en rouge sur la carte du déconfinement
Le Grand Est et le Nord veulent ne veulent pas rester en rouge sur la carte du déconfinement © Maxppp - Lionel Vadam

Il y a dix jours déjà, Jean Rottner, le président de la région Grand-Est protestait contre le classement en zone « rouge » de cette partie de l’hexagone. Avec son collègue Xavier Bertrand, président de la région Hauts-de-France, il adresse ce mardi 26 mai 2020 un courrier au Premier ministre, Édouard Philippe,  pour lui demander de classer en « zone verte » ces deux territoires.

« Nos deux régions ont déjà payé un lourd tribut à la crise du Covid. Dès lors que tous les indicateurs sont au vert, pourquoi stigmatiser davantage nos territoires en empêchant une reprise de l’économie qui leur est vitale. » indiquent les deux responsables dans un communiqué commun.

L'économie doit reprendre

Les deux présidents rappellent que leurs territoires pèsent à eux deux 14% du PIB français. Ils considèrent que la couleur rouge stigmatise leurs régions. Le rouge nuit "à l’attractivité des territoires qui ont déjà beaucoup souffert de la crise elle-même". Ils estiment "subir une double peine". 

Jean Rottner et Xavier Bertrand reviennent sur le bilan des décès dans leurs deux régions : 1.679 morts dans les Hauts-de-France et 5.127 morts dans le Grand-Est. Ils s’appuient sur les données publiées par Santé Publique France pour montrer que les trois conditions pour quitter la "zone rouge" sont bien remplies sur leurs territoires. Il est possible d’y effectuer largement des tests virologiques. 

Seconde condition, les lits de réanimation ne sont occupés qu’à 38% dans les Hauts-de-France et à 48% dans le Grand-Est par des patients Covid-19. On est donc en dessous du seuil de 60%  fixé lors de la publication de la carte du gouvernement.

Et, dernière condition, les passages aux urgences pour suspicion de Covid-19 ont sérieusement diminué, avec respectivement à 1,5% dans les Hauts-de-France et 3,7% dans le Grand-Est. Le gouvernement avait fixé un seuil de 6% pour déterminer les zones rouges et vertes.

Le rouge décourage les vacanciers

"Le secteur du tourisme ayant été ravagé par les mesures de confinement, il est à présent urgent d’inciter les visiteurs à revenir passer leurs vacances dans le Nord et l’Est de la France, ce qui ne saurait s’envisager dans une région rouge" déplorent les deux élus. Vendredi 15 mai, Roland Ries, le maire de Strasbourg, avait déjà alerté lui aussi le ministre de la Santé, Olivier Véran, sur les conséquences de ce classement pour l'économie et le tourisme régional.

Pourquoi les critères sont (déjà) au vert dans le Grand-Est

La circulation du virus est déjà peu active dans tous les départements du Grand-Est et du Nord depuis le 7 mai. Dans la plupart des départements moins de 6%  des patients dépistés dans les laboratoires d’analyses étaient bien malades du Covid-19. Aucun département n'était au dessus des 10%.

Part de l’activité Covid-19 dans l’activité totale des structures d’urgences sur la période J-2 à J-8  à la date du 7 mai
Part de l’activité Covid-19 dans l’activité totale des structures d’urgences sur la période J-2 à J-8 à la date du 7 mai - OSCOUR

Les hospitalisations en réanimations ont également baissé de manière durable. Pour que les voyants passent au vert, il ne faut pas dépasser les 60% de lits occupés dans les services de réanimation des hôpitaux sur l'ensemble de la région, ce qui est le cas actuellement.

Evolution des hospitalisation en Grand Est pour Covid-19 à la date du 24 mai
Evolution des hospitalisation en Grand Est pour Covid-19 à la date du 24 mai - Agence régionale de santé
Choix de la station

À venir dansDanssecondess