Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Déconfinement : les enseignants en ont marre du "prof bashing"

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Pays Basque

A l'appel de plusieurs syndicats : FO, CGT, SNUipp-FSU et LAB, les enseignants se sont rassemblés en fin de matinée ce mercredi à Bayonne. Une vingtaine de personnes seulement devant la sous préfecture où une délégation a été reçue.

Les manifestants devant la sous préfecture de Bayonne
Les manifestants devant la sous préfecture de Bayonne © Radio France - Jacques Pons

Vingt enseignants seulement cherchant l'ombre devant les grilles de la sous préfecture de Bayonne. Des professeurs d'écoles et du secondaires à l'appel des syndicats FNEC FP-FO 64, CGT Educ'Actions64, SNUipp-FSU 64 et LAB (syndicat des travailleurs basques).

Une mobilisation faible mais qui traduit un "ras le bol" des enseignants après la mise en place, lundi, d'une quatrième façon d'accueillir les élèves dans les établissements. Les professeurs du primaire et du secondaire n'apprécient pas non plus le "prof bashing", le dénigrement, dont ils ont été l'objet dans certains médias.

Ordres et contre-ordres en quelques jours — Olivia Quesselier, FO64

Derrière cette journée revendicative, même faible, un sentiment d'incompréhension des enseignants après plusieurs réorganisations "brutales" du travail depuis le déconfinement (11-18 mai, 2 juin, 22 juin). "Le déclic, ce sont les conditions dans lesquelles s'est déroulé le confinement. Ensuite de déconfinement" explique Olivia Quesselier. Pour la secrétaire départementale des professeurs d'écoles Force Ouvrière : "l'accumulation de demandes, d'ordres, de contre-ordres, de protocoles à appliquer, et en même temps tout un tas de réformes qui se profilent pour nous annoncer la rentrée de demain, l'école de demain"

Olivia Quesselier secrétaire départementale des professeurs d'écoles FO 64 (à droite)
Olivia Quesselier secrétaire départementale des professeurs d'écoles FO 64 (à droite) © Radio France - Jacques Pons

"Tout ce qui est annoncé est là pour casser l'Ecole. Tout ce qui est le fondement de l'Education Nationale" Cette enseignante à l'école Lahubiague de Bayonne précise : "On n'a pas appelé à la grève lundi parce qu'on voulait être présents dans nos classes. Et aujourd'hui (ce mercredi) c'est vraiment une alerte : attention à ce qui se passe ! Ça se dégrade pour les personnels mais c'est aussi toute l'Ecole, tout le service public, qui est en danger"

Olivia Quesselier, secretaire departementale SNUDI-FO 64

Le prof bashing : ça ne passe pas ! 

Parmi les manifestants de Bayonne, une professeure de l'école primaire de Lahonce, excédée par les changements multiples d'accueil des enfants intervenus en quelques semaines dans les écoles et les collèges. Chez elle, dans la commune de Lahonce, l'école enseignait à 160 élèves avant l’épidémie de COVID-19. 50 enfants ont pu venir un premier temps puis 62 ensuite. Depuis lundi dernier, 20 d'entre eux ne sont pas revenus encore.   

Une enseignante de l'école de Lahonce excédée par les règles sans cesse changées et le "prof bashing"

Une délégation reçue à la sous préfecture de Bayonne
Une délégation reçue à la sous préfecture de Bayonne © Radio France - Jacques Pons

Une délégation des enseignants a été reçue par le sous préfet de Bayonne. Les enseignants se sont ensuite donner rendez vous devant l'inspection académique de Pau en début d'après midi.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu