Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Déconfinement : les salles de sport et de jeux en Berry, toujours dans l'attente d'une date de réouverture

Par

Alors que le déconfinement a démarré il y a deux semaines, la vie reprend petit à petit dans les commerces, les parcs et bientôt dans les restaurants. Mais les gérants de salles de sports et de salles de jeux pour enfants s'impatientent. Ils espèrent bientôt pouvoir accueillir du public.

Dans sa salle de jeux couverte au Poinçonnet, Sonia Calvino attend le retour des enfants avec impatience. Dans sa salle de jeux couverte au Poinçonnet, Sonia Calvino attend le retour des enfants avec impatience.
Dans sa salle de jeux couverte au Poinçonnet, Sonia Calvino attend le retour des enfants avec impatience. © Radio France - Emeline Ferry

Après deux mois de confinement pour lutter contre le coronavirus , la vie reprend petit à petit. Les commerces ont rouvert, les parcs se remplissent de promeneurs, des enfants ont retrouvé les bancs de l'école. Dans une dizaine de jours, ce sera au tour des restaurants en zone verte d'accueillir à nouveau du public. Mais alors que le déconfinement se poursuit progressivement dans le pays, certains gérants de structures se sentent oubliés. 

Publicité
Logo France Bleu

C'est le cas notamment des salles de sports,  des parcs d'attractions en intérieur ou encore des discothèques . Pour l'instant, ils n'ont ni date de réouverture, ni protocole sanitaire précis. Dans ce contexte, difficile d'anticiper et d'organiser la réouverture. À "Château Kids", dans la zone commerciale du Poinçonnet, près de Châteauroux, la grande salle de jeux couverte est silencieuse depuis plus de deux mois. "D'habitude, il y a des enfants qui courent, qui jouent, qui crient, qui s'amusent, qui chantent 'Joyeux anniversaire', qui sont super heureux. Ça nous manque", regrette la gérante Sonia Calvino.

Pas de date de réouverture, ni de directives précises

Toute l'équipe est au chômage partiel, le chiffre d'affaires est égal à zéro depuis mi-mars. Il a fallu reporter des anniversaires et rembourser certains clients. Et la reprise de l'activité est encore très floue. "On n'a pas de date de réouverture et se sera sous réserve d'un protocole sanitaire", explique-t-elle, s'interrogeant sur la façon de mettre en place les gestes barrière et les mesures de distanciation sociale dans sa structure qui accueille généralement une centaine de personnes en même temps. 

"Dans les faits, je sais bien que les enfants vont se croiser dans les jeux. Je ne peux pas faire comme à l'école, les mettre dans un cerceau pour qu'ils restent dedans. Même si on nous dit qu'on peut rouvrir le 2 juin, on hésite quand même. Car si le protocole ne peut pas être respecté, il ne vaut mieux pas ouvrir. Je n'ai pas envie que des gens s'infectent ici", explique-t-elle.

La gérante s'inquiète aussi du nettoyage : "Ils nous préconisent de laver régulièrement, mais ils ne disent pas à quelle fréquence. On est un peu dans le flou". Beaucoup de questions et peu de réponses pour l'instant. Elle espère un décret du gouvernement ou des annonces plus précises. "Dans la profession, ce qui nous sécuriserait, c'est qu'ils fassent une grille, et si on coche toutes les cases, on sait qu'on ouvre en toute sécurité. Mais le gouvernement aime bien rester un peu flou pour ne pas prendre la responsabilité. C'est un peu déroutant", admet Sonia Calvino.

On préfère rester prudents, mais on ne pourra pas rester fermés pendant six mois non plus

Quelques dizaines de mètres plus loin, c'est le même constat dans la salle de sport "Form and Fitness", fermée depuis le début du confinement. "On n'a pas de visibilité aujourd'hui, c'est un petit peu inquiétant. Et on n'a pas beaucoup de directives, donc on ne sait pas si les mesures qu'on aura mises en place suffiront", s'interroge Vincent Fernandez, le gérant. 

Il a installé un marquage au sol pour éviter que les gens se croisent, espacé les machines, condamné les sanitaires communs, renforcé les règles d'hygiène, et attend désormais le retour des habitués. Depuis le début du confinement, les prélèvements mensuels des abonnés ont continué, mais il promet un geste commercial à la reprise. Si l'établissement ne peut pas rouvrir bientôt, le prélèvement du mois de juin sera suspendu. "Certains sont solidaires de la salle et ont décidé de ne rien réclamer, c'est ce qui va nous permettre de pouvoir relancer l'activité le plus tôt possible, si la fermeture ne dure pas trop longtemps", ajoute-t-il.

Dans la salle de sport Form and Fitness au Poinçonnet, le protocole sanitaire est appliqué pour éviter la transimssion du Covid-19. © Radio France - Emeline Ferry

"Si ça ne perdure pas trop, on pourra relancer l'activité, mais si on se projette sur le mois de septembre, ça va être compliqué", s'inquiète Vincent Fernandez. "On préfère rester prudents, mais c'est vrai qu'on ne pourra pas rester fermés pendant six mois non plus", conclut Sonia Calvino, de "Château Kids". 

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu