Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Déconfinement : "On risque de payer très cher de rester en orange" estime le MEDEF Paris

-
Par , France Bleu Paris

Alors qu'Édouard Philippe a annoncé ce jeudi les principales mesures pour la deuxième phase du déconfinement, le MEDEF Paris réagit ce vendredi à la situation en Île-de-France, qui est en orange. Ça met encore en danger les entreprises parisiennes qui vont devoir encore attendre un peu pour rouvrir.

Photo d'illustration.
Photo d'illustration. © Maxppp - Vincent Isore

Après les annonces du Premier ministre Édouard Philippe ce jeudi sur la phase 2 du déconfinement, l'Île-de-France reste en orange sur la carte, alors que le gouvernement avait annoncé qu'il n'y aurait que du vert ou du rouge. Le MEDEF Paris a donc réagit ce vendredi. "Ça manque un peu d'optimisme", estime son président Charles Znaty interrogé sur France Bleu Paris.

"Le fait de classer orange Paris prolonge la situation d'incertitude dans laquelle nous sommes", continue le patron du MEDEF. "Or, les entreprises ont montré depuis le 11 mai qu'elles ont été tout à fait capable, responsables, solidaires, d'organiser les choses convenables, d'organiser le retour de leur collaborateur au travail et de mettre en place les gestes barrière dans leurs différentes activités et leurs différents niveaux. C'est un mois de plus de quasi confinement pour l'économie parisienne et ça c'est très dur." 

"On risque de le payer très cher"

Pour le MEDEF, soumettre encore certaines activités comme les bars, les restaurants, les salles de sport, les salles de spectacle ou les cinémas à des mesures plus restrictives pendant encore 3 semaines parait "inadapté à la réalité de la situation"

"On s'en rend pas compte mais Paris ça pèse un poids énorme dans l'économie de la France et malheureusement on risque de le payer très cher", conclut Charles Znaty. Après, il salue les annonces faites par le gouvernement, qui sont "très complètes" selon lui. Par ailleurs, les touristes ne sont pas encore de retour dans la capitale et "ne sont pas prêt de revenir" complète le MEDEF, le fait de rester en orange sur la carte à Paris et en Île-de-France "ne les incitent pas vraiment à revenir" pour Charles Znaty.

Plus de 90% des salariés ont confiance dans les entreprises pour assurer la reprise

Dans un communiqué, le MEDEF Paris estime que "90,9% des salariés ont confiance dans la capacité des entreprises parisiennes à assurer la reprise sans risque sanitaire, les entreprises parisiennes ne recourent désormais plus que marginalement au chômage partiel : 66,5% d'entre elles ont moins de 30% de leur effectif total en chômage partiel et le télétravail reste fortement généralisé : seules 4,5% des entreprises parisiennes ont fait revenir tous leurs salariés dans les locaux", peut-on lire.

Le MEDEF à Paris représente près de 10.000 entreprises parisiennes, l'équivalent de 500.000 salariés

Choix de la station

À venir dansDanssecondess