Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Déconfinement : un chef d’entreprise sur cinq envisage de licencier dans les Hauts-de-France

-
Par , France Bleu Nord, France Bleu

France Bleu Nord révèle ce jeudi la troisième enquête de la Chambre de Commerce et d’Industrie des Hauts-de-France concernant l’impact du coronavirus sur l’économie régionale. Et la situation s’aggrave au fil des semaines.

Dans le secteur de l'hotellerie et de la restauration, 32% des chefs d'entreprise envisagent de licencier
Dans le secteur de l'hotellerie et de la restauration, 32% des chefs d'entreprise envisagent de licencier © Radio France - Léa Guedj

Comme en mars, comme en avril, la Chambre de Commerce et de l’Industrie des Hauts-de-France a mené une troisième enquête pour le mois de mai : 2942 chefs d’entreprise ont été interrogés du 5 au 12 mai.

La moitié (51%) des entreprises nordistes accusent désormais une baisse de leur chiffre d’affaire : c’est quatre fois plus qu’au mois de mars, au début du confinement (14%) et huit points de plus qu’au mois d’avril (44%). C’est la zone du Hainaut qui est la plus touchée par rapport à l’Artois et au Littoral ; la métropole lilloise étant encore la plus préservée.

Sans surprise, la restauration et l’hôtellerie (64%) pâtissent le plus de cette baisse de chiffre d’affaire. Suivent les services (59%) et le commerce de détail (52%).

Six mois pour un retour "à la normale"

Et les perspectives ne sont pas très enthousiasmantes. 40% seulement des entreprises des Hauts-de-France ont repris totalement le travail avec le déconfinement, 35% partiellement. En moyenne, les patrons estiment à six mois le délai pour retrouver le niveau d’activité d’avant le confinement.

Pire : un entrepreneur sur cinq envisage désormais de licencier, une part qui grimpe à un tiers dans le secteur de la restauration. Mais seul 1% des entreprises nordistes dit envisager un arrêt définitif de l’activité.

" Il ne faudrait pas que ca dure trop longtemps"

Parmi ces chefs d'entreprise inquiets de l'avenir, Philippe Hollebecq, dirigeant de l'entreprise Wagnon spécialisée dans les feux d'artifice et basée à Tourcoing. Il réalise 80% de son chiffre d'affaire annuel les 13 et 14 juillet. Or pour l'instant, les communes n'ont fait quasiment aucune commande. "Mes trois salariés sont au chômage partiel, j'ai demandé à la banque de reporter mes emprunts, et j'ai obtenu le prêt de l'Etat" explique le patron Nordiste. Pourtant, Philippe Hollebecq n'abandonne pas. "J'ai proposé aux communes de décaler les feux à l'automne, ou de les faire sur les hauteurs pour permettre aux gens de les regarder depuis chez eux, ou encore de regarder dans sa voiture" détaille-t-il. Mais pas sûr que cela suffise alors il envisage désormais une diversification de son activité. "On pourrait se tourner vers les techniques de son pour les feux d'artifice, c'est une piste".

Philippe Hollebecq, gérant de l'entreprise Wagnon spécialisée dans les feux d'artifice
Philippe Hollebecq, gérant de l'entreprise Wagnon spécialisée dans les feux d'artifice © Radio France - Emma Sarango

Philippe Hollebecq, dirigeant de l'entreprise Wagnon à Tourcoing

Choix de la station

À venir dansDanssecondess