Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Déconfinement : une saison loin du paradis pour les campings de la Loire

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Les campings vivent pour l’instant une saison blanche, eux qui, pour beaucoup devaient ouvrir à la mi-mars, au moment de l’annonce du confinement général. A l'heure d'une possible réouverture début juin, les comptes ne sont pas bons.

Le camping de Maclas
Le camping de Maclas - "Les cerisiers"

Comme pour de nombreux acteurs de l’industrie du tourisme les campings alternent aujourd’hui entre espoirs de voir les visiteurs reprendre rapidement leurs habitudes et inquiétudes sur les dégâts financiers causés par ces longues semaines sans clients.

Des situations très différentes

  • Ceux qui ont les meilleures chances de s’en tirer sont les propriétaires qui n’ont pas d’emprunts sur le dos. Pas de recettes pendant plusieurs semaines mais des postes de dépense limités. C’est le résultat en fin de saison qui ne sera pas à la hauteur des prévisions. 
  • Autre possibilité, les propriétaires de camping encore engagés sur des emprunts à la banque. Des loyers ont pu être décalés mais il faudra bien les payer.
  • Enfin pour de très nombreux campings municipaux, il s’agit de délégation de service public. Un gérant paye un loyer à la ville en échange de la recette de l’activité du camping. Ceux que nous avons eu au téléphone espèrent un geste de leur municipalité qui annulerait purement et simplement les loyers d’avril et mai.  

Tous s’interrogent sur la qualité de la reprise de l’activité, peut-être sans les très nombreux clients étrangers et dans des conditions sanitaires contraignantes. Des craintes qui ont par exemple mené les gérants du camping de Charlieu à jeter l’éponge. Si près de la retraite ils n’avaient pas le courage de vivre une saison pas comme les autres.

Laurent Borde est le propriétaire de l’aire naturelle de camping, "La ferme aux cerisiers" à Maclas, dans le Pilat. Un camping très vaste puisque tous les emplacements sont séparés de 30 mètres. Pour lui, qui se trouve sur le chemin de Compostelle, il est grand temps que la saison reprenne : "pour des petits campings comme le notre, on passera la saison quoiqu'il arrive parcequ'on n'a pas d'engagements financiers énormes. La problématique sera dans la tête de nos clients. Vont-ils se déplacer ? Rester chez eux ? La question se pose surtout pour les étrangers. habituellement on a beaucoup de campeurs du Benelux, d'Allemagne,  du Royaume-Uni. Cette année on doute d'en avoir beaucoup. Ce sera peut-être des séjours à la française mais c'est bien aussi de recevoir de nouveaux campeurs. Nous sommes impatients et prêts : nous avons mis en place un protocole sanitaire et tout est fait pour que les campeurs se croisent le moins possible." 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu