Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Confinement - Coronavirus : 100% solidaire

Déconfinement : vers une autre façon de travailler et de dialoguer dans l'entreprise

Le 11 mai, plusieurs milliers de salariés vont retourner sur leur lieu de travail. D'autres vont rester travailler chez eux. C'est une nouvelle organisation du travail à laquelle nous allons devoir nous faire.

L'entreprise Astrium (illustration).
L'entreprise Astrium (illustration). © Radio France

Même si le télétravail va rester massif jusqu'à cet été, des salariés vont retourner sur leur lieux de travail à partir du 11 mai. L'entreprise va devoir s'adapter à une nouvelle organisation. Entreprise, cela veut dire le patron mais aussi les salariés. Frédéric Doreau est le directeur de l’ARACT, l’agence régionale pour l’amélioration des conditions de travail, en Pays de la Loire.

C'est fini le bisou au collègue le matin et les papotages autour de la machine à café ?

"On va peut-être le faire différent , avec des outils à distance, avec des rituels en visioconférence...on va inventer."

Il faut justement inventer d'autres formes de convivialité au travail ?

"Je pense que si on n'arrive plus à garder des moments de convivialité au travail, ça va être un vrai problème, car on ne vient pas seulement au travail pour produire, on y vient aussi pour avoir des relations avec nos collègues."

Ça va changer les rapports entre ceux qui travaillent sur site et ceux qui sont en télétravail ?

" Oui vous avez raison, il y a beaucoup de situation différente, il y a des entreprises qui ont continué à travailler avec des gens sur site, d'autres ont eu beaucoup d'activité comme celles qui fabriquent des masques, d'autres ont mixé télétravail et travail sur site, donc il y a plein plein de situation."

Est-ce que certaines entreprises ont eu du mal à mettre en place de nouvelles organisations du travail ?

"Oui il y en a pour des problèmes techniques, le port du masque, les gestes barrières, la prise de température, il y a aussi plein de questions organisationnelles quand il faut que deux personnes soient proches pour l'assemblage d'une pièce dans une usine, comment on fait cette opération maintenant? A chaque fois il va falloir inventer une autre manière de faire, se réorganiser, et puis il va falloir faire avec des salariés absents, parce qu'ils sont malades ou parce qu'ils sont en garde d'enfant."

On dit que dans chaque crise, il y a du bon à prendre. Quels enseignements pouvons-nous tirer de ce que nous sommes en train de traverser ? 

" J'invite les entreprises à tirer le plus possible des enseignements pour la suite. Une chose est sûre, c'est la nécessité dans l'entreprise de renforcer des pratiques de dialogue, comme réunir son CSE (comité social et économique) chaque semaine pour faire remonter de problèmes de terrain, ça s'est très intéressant donc un dialogue social plus fréquent. Si on ne dialogue pas en tout cas pour faire face aux nouvelle situations, on va vers un gros problème, vers un déplacement du risque sanitaire."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu