Économie – Social

Nantes : si elle perd son contrat aidé, l'association ferme

Par Pascale Boucherie, France Bleu Loire Océan et France Bleu jeudi 9 novembre 2017 à 18:21

Rolande Martin (à droite) saura en février prochain si son contrat aidé d'esthéticienne est renouvelé. Elle pose aux côtés de la directrice de Regart's Valérie Zouane.
Rolande Martin (à droite) saura en février prochain si son contrat aidé d'esthéticienne est renouvelé. Elle pose aux côtés de la directrice de Regart's Valérie Zouane. © Radio France - Pascale Boucherie

Alors que l'Assemblée Nationale vient de voter dans la nuit de mercredi à jeudi la réduction du nombre de contrats aidés, les salariés associatifs sont appelés à une nouvelle journée de mobilisation ce vendredi. Illustration avec une structure nantaise menacée de fermeture.

Une nouvelle journée de mobilisation a lieu ce vendredi un peu partout en France pour la défense des contrats aidés. A Nantes les salariés associatifs sont appelés à faire grève et à manifester en centre ville à l'appel du collectif inter-asso de Nantes. Ce collectif regroupe 500 structures dont l'association Regart's qui existe depuis 2005 et compte 800 adhérents.

L'association Regart's a ses locaux quartier Bellevue à Nantes

Regart's occupe deux appartements regroupés en un seul au deuxième étage d'une HLM. Sept salariés y font là de l'accueil : social, parentalité, jeux, bien-être. Un premier contrat aidé supprimé en octobre dernier, peut-être encore deux autres dans les prochains mois, dont celui de l'esthéticienne, pierre angulaire de la structure. La directrice Valérie Zouane n'a pas de solution de repli.

Je pense qu'à court terme on ne garderait pas l'association - la directrice

L'esthéticienne dont le poste est menacé, c'est Rolande Martin, 53 ans.

On se sent rejetés - Rolande

Un sentiment d'injustice que partage la directrice.

On n'est pas contre l'arrêt des emplois aidés, mais il faut nous proposer autre chose. Nous, associations, on ne peut pas pérenniser les emplois aidés. Qu'est ce qu'on veut de cette société ?

Depuis que les emplois aidés de Regart's sont menacés, la structure a lancé un appel au don. Elle sollicite ses adhérents à hauteur de 3 euros, elle en a déjà collecté 150.

Si le poste de l'esthéticienne est supprimé, l'association ferme et avec lui le centre de loisirs. - Radio France
Si le poste de l'esthéticienne est supprimé, l'association ferme et avec lui le centre de loisirs. © Radio France - Pascale Boucherie