Économie – Social

Déficit : l'Europe accorde deux ans de plus à la France pour passer sous les 3%

Par Thibaut Lehut, France Bleu mercredi 25 février 2015 à 17:30 Mis à jour le mercredi 25 février 2015 à 17:48

Pierre Moscovici, commissaire européen aux Affaires économiques
Pierre Moscovici, commissaire européen aux Affaires économiques © Maxppp

Lors d'une conférence de presse surprise ce mercredi, la Commission européenne a annoncé qu'elle octroyait deux années supplémentaires à la France pour ramener son déficit public sous la barre des 3% du PIB, la limite autorisée par Bruxelles. La France avait réclamé trois ans de plus.

Ce ne sera pas 2018, comme souhaité par l'exécutif, mais 2017. La Commission européenne a accepté ce mercredi d'accorder deux années de plus à la France pour ramener son déficit public sous la barre autorisée par les règles de l'Union, soit 3% du PIB. Le délai fixé prendra donc fin en pleine année électorale, puisque les mandats de François Hollande et de l'actuelle majorité courent jusqu'en 2017.Bruxelles "a décidé de proposer une nouvelle recommandation à la France (sur le calendrier de réduction des déficits) avec une nouvelle échéance en 2017" , a donc annoncé le vice-président de la Commission en charge de l'euro, Valdis Dombrovskis. C'est la troisième fois que l'Union européenne accorde un délai supplémentaire à la France, alors qu'il est d'ores et déjà acquis qu'elle ne rentrera pas dans les clous d'ici fin 2015, échéance fixée par le dernier report. Le gouvernement table en effet sur un déficit de 4,1% du PIB à la fin de cette année.

Une date-butoir en pleine année électorale

Mais le scénario d'un nouveau délai de trois ans a donc été repoussé par la Commission européenne, et le couperet devrait donc tomber en pleine année électorale (présidentielle et législatives). Une menace potentielle pour François Hollande. S'il était candidat à sa succession, le chef de l'Etat devrait assumer un éventuel échec en la matière et les sanctions censées en découler.Au-delà de cette nouvelle date-butoir, le commissaire européen aux Affaires économiques Pierre Moscovici a demandé à la France de présenter au mois d'avril un "programme national de réformes ambitieux" . Programme qui sera évalué par Bruxelles en mai.**