Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Défilé du 1er Mai à Nancy : Entre 2000 et 3000 personnes dans les rues

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Le défilé dans les rues de Nancy s'est déroulé sans heurts. Le cortège a rassemblé jusqu'à 5000 personnes selon la CGT, parmi lesquelles des gilets jaunes qui réclamaient la démission du préfet de Meurthe et Moselle. Ce dernier avait interdit toute manifestation de gilets jaunes à Nancy ce mercredi.

Le défilé nancéien a rassemblé 5000 personnes selon la CGT
Le défilé nancéien a rassemblé 5000 personnes selon la CGT © Radio France - Mohand Chibani

Nancy, France

En tête de cortège, Julien Hézard, le secrétaire départemental de la CGT a le sourire, le beau temps est de la partie et la manifestation a attiré énormément de monde, près de 5000 personnes selon lui, ce qui ne le surprend pas dans le contexte actuel "Depuis des années et plus particulièrement ces derniers mois, il y a une véritable urgence sociale qui s'exprime et la seule réponse du gouvernement, c'est travaillez plus, alors que cela fait cent ans que l'on a obtenu la journée de 8 h, on se dit qu'en haut ils ne comprennent rien, donc il est normal que la colère s'exprime aujourd'hui dans la rue."

Emmanuel Macron, principale cible des manifestants - Radio France
Emmanuel Macron, principale cible des manifestants © Radio France - Mohand Chibani

Dans le cortège, haut en couleur, il y a des délégués syndicaux mais aussi de simples salariés, comme Saïd, venu manifester essentiellement pour défendre le service public "Je me suis retrouvé aux urgences de Nancy, il n'y a pas si longtemps, nous étions une vingtaine allongés comme des chiens sur des brancards dans un couloir et il y avait deux infirmières qui courraient partout. Je me suis alors rendu compte qu'il y avait un réel problème dans le service public".

Il ne me reste même pas 200 euros pour terminer le mois

Nathalie, elle vient défendre son pouvoir d'achat. Elle travaille depuis de nombreuses années mais jamais cela n'a été aussi dur qu"aujourd'hui explique-t-elle "Moi ce mois-ci, il ne me reste même pas 200 euros pour terminer le mois et nous sommes le 1er. Comment vais je faire ? Il y a des jours où je ne prendrai pas le bus, il y a des jours où je ne mangerai pas, et il y a des jours où je coupe mon chauffage même lorsqu'il fait 15 degrés dans mon appartement."

Des gilets jaunes ont rejoint la manifestation - Radio France
Des gilets jaunes ont rejoint la manifestation © Radio France - Mohand Chibani

"Préfet démission" scandent les gilets jaunes

Les gilets jaunes se sont joints à la manifestation et n'ont pas oser braver l'arrêté préfectoral qui interdisait tout rassemblement de gilets jaunes ce mercredi dans le centre-ville de Nancy. Une décision inacceptable pour Jérémy qui scande "préfet démission", revendication que comprend Yann Venier, le secrétaire local de la CGT à Nancy "Je suis scandalisé et choqué par la décision du préfet d'interdire le rassemblement de gilets jaunes. Par son arrêté, il veut nous diviser, syndicats et gilets jaunes et cette interdiction est une manoeuvre pour que les choses tournent mal".

Le défilé s'est disloqué en fin de matinée, sans heurts.

Choix de la station

France Bleu