Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Deliveroo : à Grenoble, la grève des livreurs s'organise doucement

-
Par , France Bleu Isère

Samedi 3 août débutait un mouvement social chez les livreurs à vélo de l'entreprise Delivroo en France. Ils s'estiment lésés par la modification des grilles tarifaires. À Grenoble, une première grève a eu lieu ce week-end. Les coursiers se mobilisent petit à petit, mais peinent à trouver du soutien.

On estime à une trentaine le nombre de livreurs réguliers qu'emplie Deliveroo à Grenoble
On estime à une trentaine le nombre de livreurs réguliers qu'emplie Deliveroo à Grenoble © Radio France - Nicolas Joly

Grenoble, France

Les Grenoblois rejoignent le combat. Une semaine après l'annonce d'un mouvement social dans les rangs des livreurs à vélo Deliveroo, une grève a commencé ce week-end dans la capitale des Alpes. En ligne de mire : les nouvelles grilles tarifaires du service de livraison de nourriture, qui selon les coursiers représentent une baisse de leurs revenus de 30 à 50 %. Regroupés sur la place Victor Hugo, six d'entre eux refusent en bloc chaque commande qui leur est proposée, avec l'espoir d'envoyer un message à leur employeur.

Difficile d'obtenir le soutien populaire

"Je comprends leurs motivations, c'est normal", avance Jérémy. Usager fréquent de Deliveroo, il a l'habitude de voir des livreurs de l'entreprise se présenter à sa porte pour lui apporter son repas. Mais compte-t-il pour autant arrêter d'avoir recours à l'application en signe de soutien ? "C'est un service que je continuerai à utiliser. J'ai pris l'habitude, c'est devenu un réflexe", avoue-t-il. C'est le cas pour la plupart des utilisateurs, qui soutiennent les livreurs mais ont du mal à faire une croix sur leurs livraisons de repas.

Certains restaurants acceptent de distribuer les flyers jaunes imprimés par les livreurs - Radio France
Certains restaurants acceptent de distribuer les flyers jaunes imprimés par les livreurs © Radio France - Nicolas Joly

Les restaurants rejoignent le mouvement

Devant cette difficulté à sensibiliser le public, les livreurs grenoblois ont décidé de s'adresser directement aux restaurants dont ils livrent les commandes. Ils ont dès lors établi une liste d'une douzaine d'enseignes "amies", qui collent ou non leurs affiches sur leurs vitrines et proposent parfois leurs tracts à leurs clients. C'est le cas de la Fabrique givrée, qui n'a pas hésité à afficher son soutien. "J'ai dit oui pour les tracts et en ce qui concerne l'affiche, ma responsable a dit qu'il n'y avait aucun problème à supporter les livreurs", affirme Kenzi, l'un des employés.

Treize restaurants grenoblois dont déclaré aux livreurs qu'ils les soutenaient - Radio France
Treize restaurants grenoblois dont déclaré aux livreurs qu'ils les soutenaient © Radio France - Nicolas Joly

Les restaurants n'ont toutefois pas forcément l'intention non plus d'arrêter d'utiliser Deliveroo pour faire livrer leurs plats. "Je leur avais demandé s'ils voulaient que l'on éteigne la tablette Deliveroo. Ils nous on dit de faire comme on voulait et on ne l'a pas fait, c'est vrai, car on dépend d'une maison mère qui n'est pas de Grenoble. Mais une fois les dirigeants contactés, s'ils décident de soutenir le mouvement, on aurait aucun souci à l'éteindre cette tablette", déclare Kenzi.

Les livreurs grenoblois rappellent que leur mouvement ne fait que démarrer, espèrent agréger plus de soutien, et annoncent des actions de plus grande ampleur courant septembre.