Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

La dépendance des personnes âgées, un enjeu majeur dans les Bouches-du-Rhône

lundi 16 avril 2018 à 18:27 Par Fabien Le Dû, France Bleu Provence

C'est une piste étudiée par le gouvernement : une nouvelle "journée de solidarité "pour financer l'accueil des personnes âgées dépendantes en France. Un vieillissement de la population particulièrement présent dans les Bouches-du-Rhône.

Le nombres de personnes âgées dépendantes va fortement augmenter d'ici 2025 dans les Bouches du Rhône
Le nombres de personnes âgées dépendantes va fortement augmenter d'ici 2025 dans les Bouches du Rhône © Maxppp - Bruno Levesque

"C'est l'effet du baby boom !" Maurice Rey, en charge des personnes âgées au conseil départemental des Bouches-du-Rhône prévient : "Aujourd'hui, il y a 180.000 personnes âgées de plus de 75 ans dans notre département. En 2025, elles seront entre 300.000 et 350.000". Or d'après l'élu, les places en établissement spécialisé ne dépasseront pas les 22.000. Même si sept personnes dépendantes sur 10 restent à domicile, l'enjeu est de taille.

Un besoin de financement inéluctable

L'accueil et l'aide aux personnes âgées dépendantes représentent aujourd'hui 260 millions d'euros par an pour le département, qu'en sera-t-il en 2025 ? D'où cette question : comment financer ? Le gouvernement et le président de la République évoquent, entres autres pistes, une nouvelle journée de solidarité, c'est à dire un jour travaillé non payé de plus pour les français.

"C'est toujours sur les mêmes que ça tombe." (Joëlle, cadre commerciale à Aix-en-Provence)

L'an dernier cette journée, mise en place en 2004, a rapporté 2,3 milliards d'euros, somme sur laquelle 1,5 milliards ont été reversés à la dépendance des personnes âgées. Cette nouvelle journée de solidarité permettrait de doubler cette contribution, ce qui resterait loin, toutefois, des réels besoins.

Qui serait concerné ? Tous les actifs, à l'exception des indépendants et professions libérales. "C'est toujours sur les mêmes que ça tombe", se plaint Joëlle, cadre commerciale à Aix. "Un, deux, pourquoi pas trois jours... C'est sans fin, on ferait mieux de trouver un autre mode de financement", grogne Yves, chef d'entreprise.