Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Déplacements médicaux entre Corse et continent : des promesses remises en cause

-
Par , France Bleu RCFM

Associations et élus corses ont fait part de leurs inquiétudes quant à la promesse faite récemment par Agnès Buzyn, la ministre de la Santé et des Solidarités, de prendre en charge le transport d'un deuxième accompagnant pour les personnes se déplaçant sur le continent pour raisons médicales.

Après les promesses de la ministre de la Santé et des Solidarités, des inquiétudes du côté de l'association Inseme et des élus insulaires.
Après les promesses de la ministre de la Santé et des Solidarités, des inquiétudes du côté de l'association Inseme et des élus insulaires. © Maxppp -

Corse, France

Le remboursement par la Sécurité sociale d'un deuxième accompagnant pour les malades corses se déplaçant sur le continent se fera-t-il vraiment ? C'est la question que se posent aujourd'hui certains élus et les associations de défense des droits des malades à l'instar d'Inseme - qui avait d'ailleurs sollicité le gouvernement pour que la loi évolue en faveur d'un meilleur accompagnement. 

Lors de sa visite en Corse il y a quelques mois, la ministre de la Santé et des Solidarités, Agnès Buzyn, avait fait la promesse que serait votée la prise en charge d'un deuxième accompagnant. Or, cette mesure n'est pas inscrite dans le nouveau projet de loi de finances de la Sécurité sociale. 

Le remboursement du deuxième accompagnant est effectif depuis le 1er juillet, parce que les CPAM de Corse ont pu anticiper la mesure, en débloquant exceptionnellement leur fonds d'action sociale et sanitaire. Et après ? Sans validation législative, comment fait-on ? Le député du groupe Libertés et Territoires, Jean-Félix Acquaviva, est intervenu à ce sujet.

Jean-Félix Acquaviva, député du groupe Libertés et Territoires

Face aux propos du député, la ministre Agnès Buzyn s'étonne. Les financements sont pourtant bien prévus, dit-elle.

Agnès Buzyn, ministre de la Santé et des Solidarités

L'association Inseme, à l'origine de cette requête, est justement montée au créneau ces derniers jours, par la voix de sa présidente, Laetitia Cucchi.

Laetitia Cucchi, présidente de l'association Inseme

Le projet de loi de finances de la Sécurité sociale devra être examiné prochainement en seconde lecture par les parlementaires.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu