Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Depuis 2016, les moissons sont médiocres, là c'est catastrophique", l'inquiétude des céréaliers de l'Indre

-
Par , France Bleu Berry

Les mauvaises conditions climatiques font que les moissons sont encore médiocres cette année dans l'Indre. Voilà plusieurs années que cela dure, mais l'année 2020 promet d'être pire que les autres.

Olvier Voisin, céréalier dans l'Indre
Olvier Voisin, céréalier dans l'Indre © Radio France - Elodie Rabelle

"La principale raison est climatique." Le président de la Chambre d'Agriculture de l'Indre, Robert Chaze, est formel. Les mauvaises conditions météo expliquent la qualité médiocre des moissons cette année. "Il y a eu beaucoup de pluie lors des semences d'automne, ce qui a rendu le travail difficile. On a semé 70% seulement de ce qui était prévu. Les terrains étaient trop humides." 

- 30% de récoltes

Olivier Voisin a installé sa ferme des 4 sapins, à La Chaise, près de Sainte-Lizaigne, il y a une dizaine d'années. Depuis quatre ans, la météo contrarie ses récoltes. Cette année c'est pire que tout selon lui. "On a, soit beaucoup de pluie, soit trop de soleil, et donc de la sécheresse. Cela donne des moissons médiocres, et des rendements catastrophiques". "Catastrophique" pour Olivier Voisin, cela veut dire une baisse de 30 % dans ses rendements. Forcément, sa trésorerie s'en trouve impactée. "Chaque année, on creuse la trésorerie. On ne va pas pouvoir continuer comme ça indéfiniment. A un moment, les réserves seront vides !" prévient-il. 

L'été s'annonce difficile

Selon Olivier Voisin, les cultures de printemps ne promettent pas d'être meilleures. Le manque d'eau affecte le développement des graines donc des récoltes. "Il faut qu'il pleuve; mais de façon plus régulière. Une grosse averse ça ne sert à rien" explique le céréalier. Hélas, Météo France n'annonce, a priori, pas de pluie ces prochaines semaines. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess