Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Derichebourg : plus de 10% des salariés préfèrent quitter l’entreprise plutôt que signer l'accord

-
Par , France Bleu Occitanie

C'est une des entreprises de l'aéronautique touchées par la crise dans la région toulousaine. Plus de 160 salariés de Derichebourg vont être licenciés pour cause réelle et sérieuse. Ils ont refusé l'accord de performance collective.

Les salariés de Derichebourg avait jusqu'au 25 juillet pour accepter l'accord.
Les salariés de Derichebourg avait jusqu'au 25 juillet pour accepter l'accord. © Maxppp - .

163 salariés de Derichebourg ont préféré être licenciés de leur entreprise plutôt que de voir baisser leur salaire. 163 salariés sur 1583 salariés en tout. Derichebourg, c'est un des sous-traitant d'Airbus qui a proposé un APC à ses salariés à la sortie du confinement. Un accord de performance collective qui implique que les salariés fassent des efforts pour éviter les licenciements. 

Les plus bas salaires de Derichebourg vont perdre 8,56 euros par jour soit 20 % en moyenne de leur salaire. Ceux qui ont refusé cet accord ont eux été licenciés pour cause "réelle et sérieuse". Un peu plus de 10% des salariés de l’entreprise vont donc quitter Derichebourg. Pour ceux qui ont choisi de partir, les 300 euros en moins étaient inacceptables. Impossible notamment pour ceux qui habitaient loin de perdre la prime transport. 

Perte de compétence 

L'Unsa s'est battu contre cet accord, qui a été signé par FO. Boris Eschaich est électricien et élu CSE à Derichebourg. Pour lui ces départs, c’est clairement un plan social déguisé. 

Mais derrière ces cas individuels, les syndicats voient aussi des compétences quitter l’aéronautique. Des équipes entières de techniciens très pointus sont à reconstruire, à reformer. Une autre forme de déstabilisation de la filière. C’était d’ailleurs une des craintes de la Région. 

Le problème c’est aussi, selon les syndicats, qu'un plan social peut toujours être enclenché par l’entreprise. L’accord qui vient d’être signé est censé l’empêcher sauf en cas de crise économique ou en cas de crise sanitaire. Autrement dit, des nouveaux départs pourraient avoir lieu dès la fin de l’année si la situation ne s'améliore pas. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess