Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Dernières propositions d'Arema à l'OM pour la cogestion du Vélodrome

vendredi 6 avril 2018 à 15:52 Par Romane Porcon, France Bleu Provence

La question du partage du stade entre l'Olympique de Marseille et le gestionnaire Arema va se dénouer dans les prochains jours et l'issue reste incertaine, après des mois de négociations. Arema fait ses dernières propositions.

Le président de l'OM, Jacques-Henri Eyraud au stade Vélodrome
Le président de l'OM, Jacques-Henri Eyraud au stade Vélodrome © Maxppp -

Marseille, France

Le gestionnaire du stade Vélodrome de Marseille, Arema, fait ses "dernières propositions" cette semaine à l'OM pour la cogestion de l'enceinte sportive, a indiqué vendredi à l'AFP le président de cette entreprise, Bruno Botella, au bout de longs mois de négociations. 

L'OM et Arema ne sont pas parvenus à un accord depuis le début des discussions en octobre, et il est possible que les négociations échouent finalement.  "On approche du terme de ces discussions, c'est une question de jours, mais on ne connaît pas l'issue, je ne sais pas si ça va aboutir ou pas", a développé le dirigeant d'Arema. "On fait nos dernières propositions à l'Olympique de Marseille cette semaine sur le principe d'une délégation de l'exploitation commerciale du stade". 

De son côté le président de l'OM, Jacques-Henri Eyraud, qui souhaiterait que l'OM exploite directement le stade, avait fait savoir qu'il ne commentait "pas les négociations en cours".  "Tout le monde est d'accord sur le fait que ça simplifierait les choses si on pouvait travailler ensemble", assure le président d'Arema.  Que l'OM et le gestionnaire du Vélodrome trouvent un accord ou pas, Arema rappelle qu'il faudra honorer le contrat de PPP (partenariat public-privé) avec la Ville, qui court jusqu'en 2045, insiste le dirigeant.  

Eyraud se plaint de devoir prendre et rendre le stade à chaque match, constats d'huissiers à l'appui.  "C'est pour ça qu'on discute depuis un an avec eux d'une exploitation partagée, pour lever ces freins, qui viennent du contrat", répond Botella.  Le PPP établi en 2009 prévoit d'ailleurs qu'une société d'exploitation commune puisse être créée avec l'OM, elle figure à l'annexe 26 du contrat.  "La difficulté contractuelle qui fait de l'OM un locataire vient de discussions qui ont eu lieu avant 2009, la direction précédente n'a pas voulu d'une exploitation commune, je ne vois pas en quoi c'est une surprise", conclut Botella.