Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Des actionnaires du groupe Altice annoncent vouloir déposer plainte, après l'effondrement de l'action en Bourse

jeudi 23 novembre 2017 à 7:48 Par Julien Baldacchino, France Bleu

Plusieurs actionnaires du groupe de télécommunications Altice ont annoncé mercredi qu'ils allaient porter plainte, après que le titre en bourse a perdu, en moins d'un mois, la moitié de sa valeur.

Le patron d'Altice, Patrick Drahi, et d'autres dirigeants du groupe, lors de son entrée à la bourse de Wall Street
Le patron d'Altice, Patrick Drahi, et d'autres dirigeants du groupe, lors de son entrée à la bourse de Wall Street © AFP - Courtney CROW / NYSE

La société Altice a-t-elle menti à ses actionnaires ? Plusieurs d'entre eux ont annoncé mercredi leur intention de déposer plainte, à Paris, pour "diffusion d'informations fausses ou trompeuses". Leur avocat, Me Frédérik-Karel Canoy, explique qu'une cinquantaine d'actionnaires sont réunis dans cette action en justice.

La plainte intervient après qu'en moins d'un mois, l'action Altice a perdu la moitié de sa valeur. Le 3 novembre dernier, après l'annonce de ses résultats financiers américains, le cours de l'action avait perdu 25% d'un coup. La reprise en main du groupe par Patrick Drahi, qui a repris les rênes du Conseil d'administration, n'a pas su enrayer la plongée de l'entreprise.

Une dette de 50 milliards d'euros ?

Selon les actionnaires, la société, qui possède notamment l'opérateur SFR et les médias BFMTV, l'Express et Libération, "a minoré sa dette sur la période 2015-2017 et a affirmé à tort avoir un contrôle absolu sur cette dernière".

Résultat, cette dette atteindrait aujourd'hui "un niveau considérable de près de 50 milliards d'euros" selon les plaignants, à la suite d'une "politique d'acquisition de grande envergure". Car les résultats ne sont pas à la hauteur, jugent-ils, notamment chez SFR qui "a perdu 1,5 million d'abonnés depuis 2014".

"Tentative de déstabilisation" ?

"Patrick Drahi pense pouvoir sauver Altice avec de l'audace ; cela me rappelle Jean-Marie Messier qui assurait aux actionnaires en 2002 "cela va mieux que bien" alors que la dette de Vivendi atteignait 35 milliards d'euros", note Me Canoy. Ce mercredi, l'action Altice a encore plongé en bourse, avec une baisse de 6% portant l'action à 7,7 euros, son plus bas niveau depuis 2014.

De son côté, le groupe Altice dénonce "ce qui s'apparente être surtout une manipulation, une manoeuvre malveillante de communication et une tentative de déstabilisation médiatique".