Économie – Social

Les agents de la ville de Limoges refusent de travailler plus et engagent un bras de fer avec le maire

Par Françoise Ravanne, France Bleu Limousin lundi 25 janvier 2016 à 18:03

La mairie de Limoges
La mairie de Limoges © Radio France - Françoise Ravanne

Les syndicats FSU et CGT de la ville de Limoges appellent les agents municipaux à une journée de grève ce mardi. Ils dénoncent la décision du maire de vouloir augmenter leur temps de travail pour appliquer la loi sur les 35 heures . Pour l'heure le dialogue est au point mort.

 C'est lors de ses vœux aux personnels , mi janvier,  que le maire de Limoges Emile-Roger Lombertie a annoncé qu'il allait revoir le temps de travail des 2.500 agents de la ville. Pour lui il s'agit d'appliquer la loi sur la réduction du temps de travail qui impose un quota annuel de 1607 heures à effectuer , or les agents territoriaux de Limoges travaillent, explique t-il entre 1510 et 1530 heures . "_Il y a un décalage d'une centaine d'heures qui coûte à la ville __plus de 2 millions d'euros pour du travail non accompli" _affirme encore Emile Roger Lombertie qui s'appuie aussi sur les exigences de la Cour des Comptes  et du gouvernement.

" Il nous fait passer pour des fainéants auprès des citoyens"

Pour les syndicats  la décision est injuste car nous travaillons autant que dans les autres administrations et autant que dans certaines grandes entreprises privées , expliquent la FSU et la CGT. Le maire de Limoges veut nous supprimer l'équivalent de onze jours de congés, "Quel est le salarié qui accepterait dans n'importe quelle entreprise française de renoncer à cela" explique Pascal Filleul, le représentant FSU , d'autant ajoute t-il que dans tous les services les départs en retraite ne sont pas remplacés et qu'on en demande toujours plus aux agents. " Nous n'acceptons pas que le maire de Limoges nous fasse passer pour des fainéants auprès de l'opinion" ajoute pour la CGT Hugues Matthieu.

"Le dialogue social est totalement rompu"

Les syndicats reprochent au maire de Limoges de refuser toute négociation " Il n'y a plus de dialogue social à la mairie de Limoges" expliquent-ils et ce depuis le conflit avec les personnels des cantines scolaires où là aussi les horaires des employés avaient été modifiés . C'est faux affirme de son côté Emile Roger Lombertie " _ma porte reste ouverte mais je n'ai pas eu de demande de dialogue" , le maire de _Limoges qui ne se montre pourtant pas prêt à discuter avec des syndicats qui profèrent dit-il" des mensonges" voire des "calomnies". En attendant la FSU et la CGT espèrent que leur appel à la gréve sera suivi ce mardi par 20 à 30 % des agents municipaux.