Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Des aides à deux vitesses pour les restaurateurs de l'Isère et de la Savoie

Depuis la fermeture des restaurants le 30 octobre, en raison du covid-19, l'Etat verse des aides tous les mois aux établissements. Des versements parfois plus lents selon les départements, c'est le constat des restaurateurs de Saint-Pierre-d'Entremont, un village à cheval entre l'Isère et la Savoie.

À Saint-Pierre-d'Entremont côté Savoie, des restaurateurs attendent toujours les aides du mois de décembre.
À Saint-Pierre-d'Entremont côté Savoie, des restaurateurs attendent toujours les aides du mois de décembre. © Radio France - Paul Tilliez

Selon que vous serez Isérois ou Savoyard, les aides de l'Etat vous arriveront tôt, ou tard. Saint-Pierre-d'Entremont est un village assis entre l'Isère et la Savoie. Pour passer de l'un à l'autre, un simple pont, suspendu au-dessus de la rivière Le Guiers Vif. Un détail qui change tout pour les restaurateurs.

Des aides à deux vitesses

Michel Valette est restaurateur, il possède deux établissements, un en Isère, du "bon côté" de Saint-Pierre d'Entremont, un autre en Savoie à Corbel, à une dizaine de kilomètres. Concernant les aides ça change tout : "Sur l'Isère, quand je fais ma déclaration, en 48 heures je reçois tout sur mon compte. _En Savoie, ça prend des mois et on n'a pas d'explication_. C'est très difficile de rentrer en contact avec quelqu'un." 

Michel n'a toujours pas perçu les aides du mois de décembre, plus de 3000 euros, et il vient à peine de recevoir les aides de janvier et de février : "Heureusement que j'ai des sous de côté pour pouvoir tenir [...] Un jeune qui vient de s'installer je ne sais pas comment il ferait."

"Je m'aperçois que personne ne se met à nos places et qu'il faut se battre pour obtenir ce qui nous est dû."

À une centaine de mètres du restaurant de Michel, on passe en Savoie, chez William Hanson, jeune restaurateur. "Les aides, ça représente 10.000 euros tous les mois et elles sont versées avec quatre mois de retard." Un revenu qui est pourtant vital pour William : "Je m'aperçois que personne ne se met à nos places et qu'il faut se battre pour obtenir ce qui nous est dû."

William a tenté plusieurs fois de contacter l'administration savoyarde, la réponse : des mails automatiques lui disant qu'il faut encore patienter. Les deux restaurateurs espèrent désormais que les problèmes seront réglés, pour les mois de mars et d'avril. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess