Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Des aides supplémentaires pour la montagne : les attentes en Isère de la Sata

-
Par , , France Bleu Isère

Fabrice Boutet, directeur générale de la Sata (Société d' Aménagement Touristique Alpe d'Huez), qui gère les remontées mécaniques des Deux Alpes et de l'Alpe d'Huez, est l'invité de France Bleu Isère avant les annonces de Jean Castex aujourd'hui en Savoie. Il répond à Nicolas Crozel.

Les stations de ski attendent notamment de l'aide à l'investissement
Les stations de ski attendent notamment de l'aide à l'investissement © Radio France - Anabelle Gallotti

Après une saison blanche cet hiver, les stations de ski attendent beaucoup des nouvelles annonces que doit faire le premier ministre ce jeudi concernant un "plan montagne" qui devrait avoisiner les 650 millions d'euros. Fabrice Boutet, directeur général de la Sata, en attend de l'aide à l'investissement "quatre saison" et glisse au passage que la liaison par câble envisagée entre les deux grandes stations iséroises doit "encore mûrir".

Le premier ministre Jean Castex vient dans les Alpes aujourd'hui chez nos voisins de Savoie, pour dévoiler les grandes lignes d'un nouveau plan d'aide à la montagne. Qu'est ce que vous attendez déjà ? Tout simplement ?

On attend d'avoir des vraies précisions sur les intentions du gouvernement quant au développement. D'autre part on attend des aides concernant les investissements. Les investissements sur le domaine, liés aux remontées mécaniques, mais en même temps lié à tout ce que l'on est en train de préparer pour les quatre saisons comme le traçage des pistes de VTT... On attend véritablement une aide complète qui va nous permettre aussi de travailler sur l'hydroélectricité, pour jouer sur la partie environnementale, sur l'hydrogène au niveau de nos dameuses. Donc, véritablement un plan qui doit nous donner les grandes lignes que l'on doit suivre et que nous on puisse caler nos investissements en fonction des attentes du gouvernement. 

Pour Jean-Luc Boch, président de l'Association des maires de stations, on peut parler de quatre saisons, on peut parler de développement de la montagne autrement mais pas sans le ski alpin... 

Eh non ! C'est clair. On est tous conscients que l'environnement est quelque chose d'important et que, en fait, le ski va nous permettre, justement parce que il pèse 70%, 80% de notre activité, de pouvoir investir dans ce "quatre saisons", de pouvoir investir dans l'avenir. De se préparer pour les années futures à une vision de la montagne qui aura certes le ski - et nous avons des stations d'altitude comme les Deux Alpes, l'Alpe d'Huez ou la Grave, qui vont nous permettre de continuer le ski en altitude - mais en même temps d'accueillir tout au long de l'année des personnes voulant pratiquer en montagne diverses activités et en même temps faire vivre le territoire sur quatre saisons. C'est à dire que nos saisonniers à terme, puissent être véritablement des sédentaires de nos régions et ne soient pas obligés de traverser la France pour retravailler l'été ailleurs ou l'automne ailleurs ou au printemps ailleurs.

Il y a tout un volet immobilier aussi, dont on sait qu'il pourrait y avoir des annonces aujourd'hui. C'est important, là aussi, de soutenir la rénovation ? Peut être aussi l'utilisation de matériaux plus durables ? On sait la difficulté aujourd'hui des résidences de tourisme. 

Exactement. En plus Sata a une deuxième activité qu'on développe de plus en plus qui est effectivement, l'immobilier. Ce qu'on appelle le lit commercial, c'est à dire ce que les gens peuvent louer soit par tour opérateur, soit dans les résidences de tourisme, soit à l'hôtellerie, et le plan de rénovation est important pour toute la partie énergétique et aussi pour toute la partie "confort" de nos montagnes en France. Pour retrouver, j'allais dire, un niveau d'accueil permettant aux français, mais aussi à l'international, d'être dans des conditions les meilleures possibles dans ces lieux un petit peu magique en montagne. 

En attendant les annonces de tout à l'heure, essayons d'être positif. On a beaucoup parlé des quatre saisons, là c'est la saison estivale qui arrive. Vous avez un programme quand même sur les deux stations, l'Alpe d'Huez et des Deux Alpes pour accueillir les touristes dans les prochaines semaines ? Avec du ski en plus sur le glacier ? 

Oui, oui, oui, on est tous plein d'optimisme puisqu'on ouvre samedi le glacier des Deux Alpes. On l'ouvre aux équipes de France, aux skis clubs, on l'ouvre aux comités et puis aux professionnels que sont l'ENSA (Ecole nationale de ski et d'alpinisme) et puis, en même temps, on l'ouvre aussi à tout le public ! Donc déjà, dès samedi, on va retrouver nos clients, on voit nos équipes monter au glacier préparer. Et puis en même temps, que ce soit aux Deux Alpes, à l'Alpe d'Huez ou la Grave, on est sur la partie VTT, on est sur la partie randonnée, on est sur la partie "expérience client" de vivre en montagne aussi des émotions et d'en profiter pleinement. 

Un dernier mot quand on parle de modèles différents, de construire et de penser la montagne autrement : est ce que vous avez toujours en tête votre grand projet de liaison par câble entre l'Alpe d'Huez et les Deux Alpes, au dessus de la vallée ? 

C'est un projet qui oui... C'est un projet qui... qui existe et qui est en train d'évoluer. Qui est en train de se restructurer pour coller plus au futur que ce qu'il était auparavant en se disant "on va faire du ski à l'Alpe-d'Huez ou aux Deux-Alpes comme on voudra". Non l'idée est que ça devienne vraiment dans le futur quelque chose qui puisse effectivement travailler le ski mais aussi le modèle économique des gens qui peuvent travailler entre les deux stations, ou toutes les entreprises qui travaillent entre deux stations et puis aussi les quatre saisons parce que je fais aussi du VTT, parce que je fais de la randonnée, parce que je me promène, parce que je profite de tous les domaines. 

Donc, vous nous dites "oui", mais dans une philosophie différente que ce qui était prévu au début ? 

Voilà oui, oui, oui... et pas maintenant. C'est quelque chose qui doit se travailler et encore mûrir. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess