Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Des ambulanciers en colère ont manifesté devant l'Assemblée nationale

lundi 3 décembre 2018 à 8:00 - Mis à jour le lundi 3 décembre 2018 à 21:35 Par Martine Bréson, France Bleu Paris et France Bleu

A 05h30, ce lundi, à Paris, des dizaines d'ambulanciers ont bloqué le pont de la Concorde devant l'Assemblée nationale. Ils dénonçaient une nouvelle fois la réforme des transports sanitaires. Ce sont désormais les établissements de santé qui choisissent ces transports et non plus les patients.

Manifestation des ambulanciers (illustration)
Manifestation des ambulanciers (illustration) © Maxppp - Maxime JEGAT

Paris, France

Toutes sirènes hurlantes, à 05h30 ce lundi matin les ambulanciers ont manifesté à Paris. Dès l'aube, ils ont bloqué le pont de la Concorde devant l'Assemblée nationale. En milieu de journée, ils ont été délogés par la police à coups de bombes lacrymogènes.

Ce lundi matin, Brahim, l'un des ambulanciers manifestants a indiqué sur France Bleu Paris qu'il y avait sur place 150 ambulances et que d'autres allaient arriver de toute la France pour protester contre la réforme du financement des transports sanitaires. "Des gilets jaunes devraient nous rejoindre", avait affirmé Brahim.

Désormais ce ne sont plus les patients mais les établissements de santé qui choisissent les transports sanitaires. Face à la concurrence de grands groupes qui peuvent proposer des tarifs attractifs, les petites sociétés d'ambulance ne peuvent pas s'aligner.

Damien Chène, ambulancier et représentant du collectif de la Nouvelle Aquitaine présent à Paris a indiqué, sur France Bleu Paris, que le but n'était pas de bloquer la circulation. "Si on est là c'est symbolique, devant l'Assemblée nationale, car aujourd'hui se vote la nouvelle loi de financement de la sécurité sociale", dit-il.  

"C'est actuellement dramatique pour nous, car 80% des 5 600 sociétés, que nous sommes aujourd'hui, TPE et PME, sont menacées de fermeture", a déclaré Damien Chène.

"On se bat plus particulièrement contre l'article 80 qui transfère les enveloppes budgétaires d'une partie des transports sanitaires aux établissements de santé", précise-t-il. "Les fermetures de certaines sociétés ont déjà commencé, certaines sont déjà en liquidation judiciaire alors que ça ne fait que deux mois que cet article est mis en place. C'est dramatique pour nous", a conclu le manifestant.

Ce lundi soir à 21h00, des dizaines d'ambulances stationnaient toujours, sirènes hurlantes, devant l'Assemblée nationale et sur le pont de la Concorde à Paris. La mobilisation a réuni 600 véhicules au plus fort de la journée, selon la préfecture de police.