Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Des "gilets roses" dans le cortège des "gilets jaunes" à Paris

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Une vingtaine de "gilets roses" se sont invités dans le cortège des "gilets jaunes", ce samedi 9 mars à Paris. Ce sont les assistantes maternelles de la région parisienne, qui dénoncent depuis quelques semaines, la réforme de l’assurance chômage et ses conséquences sur leur activité.

Les "blouses roses" prennent la tête du cortège de la manifestation.
Les "blouses roses" prennent la tête du cortège de la manifestation. © Radio France - Faustine Mauerhan

Paris, France

Elles ont choisi le rose comme couleur. Les assistantes maternelles de la région parisienne se sont invitées dans le cortège des "gilets jaunes", ce samedi 9 mars, en haut des Champs Elysées. Ces "gilets roses" comme elles s’appellent, dénoncent depuis plusieurs semaines la réforme de l’assurance chômage qui risque de mettre beaucoup d’entre elles en difficulté.

Une convergence pour se faire entendre

Alors pour se faire entendre une bonne fois, les assistantes maternelles tentent de faire convergence avec les gilets jaunes. "C’est difficile ces derniers temps d’être vues et entendues, déplore Marie-Laure venue de Maison-Laffitte, avec les gilets jaunes on espère qu’on va nous écouter."

Car pour les "nounous", la vie pourrait devenir compliquée. "La réforme de l’assurance chômage prévoit de nous supprimer les allocations en cas de perte d’un enfant en garde, résume ainsi Brigitte, assistante maternelle à Chevilly-la-Rue dans le Val-de-Marne. C’est-à-dire que si un enfant va à l’école, on n’aura plus d’indemnités le temps de retrouver un enfant à garder, continue-t-elle. Pour certaines c’est 600, 800 voire 1000 euros de perte de revenus."

Les assistantes maternelles se mobilisent à Paris. - Radio France
Les assistantes maternelles se mobilisent à Paris. © Radio France - Faustine Mauerhan
Choix de la station

France Bleu