Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : des bons alimentaires donnés par le département de l'Isère pas acceptés partout

-
Par , , France Bleu Isère

Ces bons alimentaires sont distribués par le conseil départemental aux familles les plus démunies pour acheter de la nourriture. Certains bénéficiaires n'ont pas pu les utiliser. les services sociaux sont intervenus pour que cela change.

Plusieurs femmes expliquent n'avoir pas pu utiliser les bons alimentaires donnés par le Département (photo d'illustration)
Plusieurs femmes expliquent n'avoir pas pu utiliser les bons alimentaires donnés par le Département (photo d'illustration) © Radio France - Florence Gotschaux

Avec le Covid-19 et la fermeture des cantines scolaires, où sont pratiqués des tarifs sur la base du quotient familial, des familles en situation de précarité ont des difficultés pour nourrir leurs enfants. Le conseil départemental de l'Isère leur a donc débloqué des chèques alimentaires. Mais dans certains cas, il a fallu une intervention des assistantes sociales pour que ces bons soient acceptés.

C'est ce que raconte Lydie. Comme d'autres mamans, elle a contacté France Bleu Isère et explique avoir reçu 200 euros de chèques alimentaires du Département. Jeudi, elle fait ses courses dans un supermarché de Saint-Marcellin, mais "ils me les refusent car ils ne prennent plus tout ce qui est tickets, que l'espèce et les cartes bleues. Je me suis fait jetée. Je suis quelqu'un de divorcée, je suis maman seule avec quatre enfants. Je perçois 653 euros par mois." Après intervention des services sociaux du département, les bons alimentaires sont désormais acceptés dans le magasin où s'était rendue Lydie.

Des repas supplémentaires à la charge des familles

Pour Sandrine Martin-Grand vice présidente du département de l'Isère, avec le Covid il y a de plus en plus de familles qui demandent : "les enfants qui ne peuvent pas déjeuner dans les cantines, ce sont les familles qui doivent financer les repas. Les cantines scolaires fonctionnant sur le quotient familial, les enfants pouvaient bénéficier de repas à un euro ou même moins d'1 euro. Ce repas supplémentaire qui est à la charge des parents nécessite un besoin accru de bons alimentaires auprès des familles." Elle précise aussi que se manifestent de nouvelles familles, jusqu'ici inconnues des services du département. Ces aides alimentaires sont plafonnées à 1500 euros par famille et par an, mais le Département envisage de relever ce plafond.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess