Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Des caissières d'un supermaché de Port-Saint-Louis-du-Rhône chez les gendarmes

-
Par France Bleu Provence

La gendarmerie de Port-Saint-Louis (Bouches-du-Rhône) ouvre une enquête après une plainte du groupe Casino pour le vol d'un paquet de bonbons fin 2015, en plein conflit social. Neuf caissières du supermarché sont convoquées à la gendarmerie. La CGT dénonce un coup de pression de la direction.

Une caissière dans une grande surface (illustration)
Une caissière dans une grande surface (illustration) © Maxppp

Port-Saint-Louis-du-Rhône, France

Elles sont vraiment stupéfaites, ces neuf caissières du supermarché Casino de Port-Saint-Louis-du-Rhône. Ces salariées sont convoquées chez les gendarmes cette semaine pour une histoire de disparition de paquet de bonbons à un euro pendant un mouvement de grève avec occupation des locaux en fin d'année dernière.  La direction de Casino a porté plainte pour vol. 

Monique, 33 ans de maison, raconte sa stupéfaction au micro de France Bleu Provence : 

"Cette audition chez les gendarmes, c'est violent, c'est impressionnant, c'est très dur à vivre pour moi et les copines."

Une cinquantaine de salariés ont participé mercredi à un rassemblement de soutien devant la gendarmerie port-saint-louisienne. 

Parmi eux, Hervé Efthimiadi, délégué CGT chez Casino : "La disparition d'un paquet de M&M's est un prétexte. Il n'y a eu aucun vol. La direction de Casino veut faire un exemple. Les deux mois de conflit se sont passés dans le calme mais nos responsables ont oppressé les grévistes, ils se sont acharnés à nous mettre des huissiers sur le dos. Des camarades se sont battues pour leur emploi." 

"Pour nous, c'est encore la criminalisation du droit de grève. Les plaintes, c'est pour nous mettre la pression,  pour nous intimider. C'est pour nous dire : si vous vous défendez, si vous battez pour vos droits, voilà ce qui vous arrivera."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu