Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Des chauffeurs livreurs licenciés du jour au lendemain après le dépôt de bilan de la société FG Express

-
Par , France Bleu Hérault, France Bleu

Les 53 salariés de FG Express protestent contre l'attitude de leur employeur, une société de livraison de colis sous-traitante de Chronopost, à Montpellier. Ils n'ont pas touché leur salaire de janvier et viennent d'apprendre le dépôt de bilan de leur entreprise.

Les salariés de FG expresse, sous-traitant de Chronopost, dénoncent leurs licenciements et le non paiement de leurs salaires de janvier et février
Les salariés de FG expresse, sous-traitant de Chronopost, dénoncent leurs licenciements et le non paiement de leurs salaires de janvier et février © Radio France - Claire Moutarde

Une partie des salariés de la société FG Express s'est retrouvée lundi matin devant les grilles de la société Chronopost à Montpellier dans le quartier Garosud pour protester contre leur licenciement. Ils viennent d'apprendre que leur société qui livre les colis pour le compte de Chronopost dépose le bilan et qu'elle ne serait pas en capacité de payer les salaires de janvier et février.  

Une nouvelle qu'ils ont apprise par un mail, envoyé par leur employeur vendredi soir. Un mail qui leur demande de ne pas venir travailler ce lundi : "Je vous informe par ce mail que je dépose le bilan (...), je ne peux plus régler vos salaires ainsi que le gasoil. Il est donc inutile de vous présenter à votre poste. Je vous demande de restituer carte gasoil, badge mapping, et les véhicules lundi matin 9h au siège social." 

"Ça fait huit mois que je fais des journées de 12 heures. Et là, on nous laisse tomber" - Max

Les salariés sont écœurés : "On nous prévient au dernier moment, on est vraiment les dindons de la farce" selon Rémi. Ils nous ont dit de continuer à travailler normalement, qu'on serait payé le 15. Résultat, on reçoit un vieux mail et on se retrouve face au mur". 

Les salariés, soutenus par la section CGT FAPT (Fédération de l'activité postale et télécom) de l'Hérault, ont décidé de déposer un recours en référé pour, au minimum, percevoir leurs salaires des mois de janvier et février et le paiement de leurs heures supplémentaires. "On va faire nos comptes, dit Max. Ça fait huit mois que je fais des journées de 12 heures, des heures supplémentaires non-payées et là, deux mois sans salaires. On ne va pas se laisser faire." 

Rémi estime que FG Express les a laissé travailler gratuitement tout en sachant qu'elle ne pourrait pas payer les salariés

"C'est les gens du plus bas dans la chaîne qui en pâtissent" - Mohamed

Mohamed est d'autant plus écœuré que les salariés ont voulu faire grève le mardi 11 février pour dénoncer le retard de paiement des salaires mais "Chronopost nous a menacé de nous retirer nos badges si on ne livrait pas les colis du jour. C'est pas normal que Chronopost intervienne contre le droit de grève. Eux, ils gagnent des millions et ils s'en foutent.

En déléguant les livraisons à des gens qui gèrent mal, ça donne des situations comme ça. C'est nous, les gens du plus bas dans la chaîne qui en pâtissent. On va se battre. Je viens de me marier, je viens de prendre un crédit. Là, je sais pas quoi faire. On est piégé."

Pascal et Mohamed s'inquiètent pour leur famille

Pour Guillaume Griveau, secrétaire général de la FAPT CGT de l'Hérault, c'est tout le système qui est à revoir dans le secteur de la messagerie. "95 % des livraisons de Chronopost, DPD, Orange ou encore GLS, UPS et TNT sont assurées par des sous-traitants. Ce qui favorise le donneur d'ordre et pénalise les salariés. Un colis payé 30 euros à Chronopost rapporte entre 1,50 à 2 euros à la société sous-traitante."

Selon Guillaume griveau, de la CGT FAPT 34, c'est tout le secteur de la messagerie qui est concerné

Dès ce lundi, les colis de Chronopost étaient livrés par une autre entreprise de livraison à domicile.

Une cagnotte a été ouverte en solidarité aux salariés licenciés de FG express.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess