Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Des chercheurs font l'inventaire des faubourgs du Mans

-
Par , France Bleu Maine
Le Mans, France

Noter scrupuleusement les caractéristiques des habitations dans les faubourgs manceaux. C'est la mission de Marie Férey et de ses collègues, des chercheurs au service Patrimoine des Pays-de-la-Loire. Ils veulent réhabiliter les quartier périphériques de la ville.

Marie Férey dirige les recherches sur l'urbanisme des quartiers du Mans.
Marie Férey dirige les recherches sur l'urbanisme des quartiers du Mans. © Radio France - Clémentine Sabrié

Les quartiers du Mans passés au peigne fin par Marie Férey. Cette chercheuse au service Patrimoine des Pays-de-la-Loire a mène une étude au long cours sur les habitations et les lieux de vie de la ville. Avec ses collègues, elle s'intéresse à plusieurs types de quartiers. D'abord, les anciennes communes qui ont été ingérées par la ville du Mans au cours du 19e siècle, comme Saint-Pavin-des-Champs, Sainte-Croix et Pontlieue. Ensuite, les anciennes cités ouvrières. Par exemple, la Cité cheminote du Maroc, la Cité des Pins, la Cartoucherie ou encore les Maillets. Egalement, les grands ensembles comme on retrouve à Ronceray-Glonnières, à Bellevue et aux Sablons.

Des quartiers habituellement délaissés par les chercheurs

L'objectif de Marie Férey est multiple. Elle veut "garder trace de l'état de la ville en 2019 et 2020", "comprendre comment elle s'est fabriquée aux 19e et 20e siècles" et surtout "que les habitants s'approprient le patrimoine qu'ils habitent".

Notre volonté est de détourner les regards de la vieille ville du Mans.

Les recherches ne portent pas sur le centre historique du Mans, car c'est déjà ce qui "attire les études et toutes les réflexions depuis de nombreuses années au détriment de toute la périphérie", explique Marie Férey. "Les habitants des Sablons, de Bellevue ou de la Cité du Maroc, ce sont des gens qui habitent des lieux qui font partie de l’histoire de la ville, qui sont même _incontournables pour comprendre l’histoire du Mans_", précise la chercheuse.

Du terrain et des archives

La méthode de l'équipe de Marie Férey est toujours la même : partir des observations sur le terrain pour analyser et classer. Après une étude précise des bâtiments avec des relevés de caractéristiques, les chercheurs archivent leurs données. Un travail qu'ils complètent par des échanges avec les habitants. Marie Férey raconte que les premiers appels téléphoniques n'ont pas été très fructueux, car ses interlocuteurs étaient méfiants. Une fois que son étude a eu une couverture médiatique, certains l'ont rappelée en s'excusant pour répondre à ses questions.

C'est grâce à un habitant du quartier de Saint-Pavin qu'elle a pu faire une découverte historique. Il a bien voulu lui ouvrir les portes de sa "très vieille maison". "On a pu faire des relevés dendrochronologiques, c’est-à-dire une analyse des bois. Bois de l’escalier et bois de la charpente qui étaient restés en place", détaille Marie Férey. Résultat de l'étude : l'abattage des bois date de 1916. "C'est tout à fait exceptionnel pour des faubourgs qui se sont urbanisés au 19e siècle." Le propriétaire des lieux a été très heureux d'apprendre que sa maison était l'une des plus anciennes du quartier.

Marie Férey était l'invité de la rédaction, vendredi 24 janvier. L'intégralité de son interview est à réécouter en podcast.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu