Économie – Social

Des commerçants nantais relaient la solidarité

Par Lise Verbeke, France Bleu Loire Océan dimanche 3 janvier 2016 à 6:00

© Radio France - Lise Verbeke

L'opération "Tout en attente" existe depuis deux ans à Nantes. Le principe ? Vous achetez deux pains ou deux cafés, le premier est pour vous, le deuxième est en mis attente pour une personne démunie. Un geste de solidarité qui marche de plus en plus.

Une  soixantaine** de commerçants nantais participent à l'opération "Tout en attente", comme dans une boulangerie du centre ville. Mathieu y est vendeur, "_le principe est simple, c'est mis en place pour les plus démunis. Un client vient acheter une baguette, il en paye deux, et en met une en attente pour quelqu'un qui n'a pas les moyens de s'en payer une.** Et c'est la même chose pour les pains au chocolat, les sandwichs etc_.". 

Sur l'ardoise de Mathieu, boulanger nantais, beaucoup de produits en attente. - Radio France
Sur l'ardoise de Mathieu, boulanger nantais, beaucoup de produits en attente. © Radio France - Lise Verbeke

Ce système existe aussi dans certains cafés, des sandwicheries, des kébabs ou encore des laveries. Il est basé sur la confiance. Les commerçants ne demandent aucun justificatif aux personnes qui viennent demander une baguette ou un café gratuit. 

Un système qui ne marche pas dans les pharmacies

Si le système fonctionne très bien dans les boulangeries et les cafés, c'est plus compliqué dans les pharmacies. Dominique a lancé le "Tout en attente" dans sa pharmacie, rue de Verdun, mais ça ne prend pas "peut-être parce que les produits sont plus chers. Pourtant, j'ai mis en avant des produits d"hygiène de premières nécessité, comme du savon, des brosses à dents, mais les gens n'achètent pas. Je pense qu'une cagnotte sur la caisse pour y mettre le rendu de monnaie marcherait mieux".

Dominique, pharmacienne dans le centre de Nantes où le "tout en attente" ne marc - Radio France
Dominique, pharmacienne dans le centre de Nantes où le "tout en attente" ne marc © Radio France - Lise Verbeke

Faire connaitre ce nouveau principe de solidarité

Le collectif "Tout en Attente", créé il y a deux ans à Nantes, veut élargir encore plus le dispositif et le faire connaitre. Pour cela, son président, Jacques Bois, organise des *relais avec les associations locales qui aident les plus démunis, _"car ce n'est pas toujours facile pour quelqu'un qui n'a plus l'habitude d'entrer dans des boulangeries ou des cafés d'aller demander des produits en attente*, il faut oser, parfois les gens ont honte_". Autre dispositif : le collectif prévoit de créer un réseau d'ambassadeurs dans les quartiers pour faire connaitre le principe de solidarité.