Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Des contacts à transformer en contrats pour les start-up de Gironde de retour de Las Vegas

samedi 12 janvier 2019 à 3:18 Par Pierre-Marie Gros, France Bleu Gironde

Les 16 entreprises girondines présentes ont multiplié les contacts de premier plan , lors du CES de Las Vegas qui s'est achevé ce vendredi soir. Reste à présent à les concrétiser. Exemple avec deux start-up de Bordeaux et Talence spécialisées dans l'intelligence artificielle.

Dans l'allée des start-up de Nouvelle-Aquitaine, au dernier jour du CES de Las Vegas
Dans l'allée des start-up de Nouvelle-Aquitaine, au dernier jour du CES de Las Vegas © Radio France - Pierre-Marie Gros

Bordeaux, France

Antoine Bezborodko termine la semaine sur les genoux. "Entre le décalage horaire, la climatisation, les heures et les heures à présenter notre société, on a tous la gorge détruite", explique ce producteur exécutif chez Holoforge Interactive. Cette société bordelaise est spécialisée dans le développement de solutions en réalité mixte, elle accompagne les entreprises à utiliser ces technologies en leur proposant une plateforme qui regroupe toutes les fonctionnalités essentielles. 

Son seul regret est de ne pas avoir pu profiter assez de ce CES en tant que visiteur, mais sinon, sa première participation à ce salon a été, dit-il , "extrêmement positive. Nous n'avons eu que des visiteurs de qualité , que des grands comptes du monde entier."

Les Gafa, Samsung, Microsoft, Google, Yahoo sont venus nous voir. Des gens qu'on n'aurait rencontrés nulle part ailleurs". - Antoine Bezborodko, Holoforge Interactive 

Et il espère déjà revenir pour l'édition 2020 "un peu plus en force, avec une belle trousse à pharmacie !"

Sur le stand de Think Deep AI, entreprise de Talence - Radio France
Sur le stand de Think Deep AI, entreprise de Talence © Radio France - Pierre-Marie Gros

Vincent Van Steenbergen se félicite lui aussi d'avoir fait le voyage pour la première fois. Il est le fondateur de Think Deep AI, une start-up qui emploie six personnes à Talence. Elle est spécialisée dans l'intelligence artificielle,  embarquée sur des lunettes de réalité augmentée, pour reconnaître des objets, des personnes ou des pannes sur des chaînes, et fournir ces informations en temps réel aux opérateurs. "Nous avons gagné en notoriété, en visibilité, et nous avons pu rencontrer  les grands groupes français que nous visions, des grands groupes de l'automobile de l'aéronautique ou du bâtiment."

Paradoxalement les grandes entreprises françaises sont plus accessibles ici - Vincent Van Steenbergen, Think Deep AI

"Un salon fatigant, mais essentiel"

Lui aussi a bien retenu la leçon : le CES commence après le CES car toutes ces entreprises, il va falloir à présent les recontacter, "pour aboutir pourquoi pas à un partenariat. Si nous validons 10% de ces contacts ce sera déjà énorme" . 

En guise de retombées, des signatures de contrats à attendre d'ici l'été 

De l'avis général, le bilan de cette édition est plus que satisfaisant pour les 28 entreprises néo-aquitaines, qui composaient la délégation emmenée par le Conseil Régional et la French Tech Bordeaux, avec un emplacement idéal dans l'Eureka Park, et une très bonne fréquentation de leurs stands. Reste que le plus dur commence, souligne également de son côté, Jérôme Leleu, le président de la French Tech Bordeaux. "Passé l'excitation du Salon, il faudra établir une relation individuelle avec chacun de ses contacts. La réactivité, elle doit se faire tout de suite. Si vous ne reprenez pas contact dès les prochains jours, vous ne pourrez pas transformer. Ensuite, il y aura une période de maturation.

Après le CES, des affaires pourront être finalisées en mars ou en juin - Jérôme Leleu, le président de la French Tech Bordeaux

"C'est maintenant que les chefs d'entreprise doivent être réactifs" Jérôme Leleu, président de la French Tech Bordeaux

Dans la "meeting-room", après le breifing du matin, une délégation motivée  - Radio France
Dans la "meeting-room", après le breifing du matin, une délégation motivée © Radio France - Pierre-Marie Gros

Un investissement que ne regrette pas en tout cas le Conseil Régional de Nouvelle-Aquitaine, qui organisait pour la deuxième année cette présence régionale, et qui a pris en charge la moitié des dépenses des entreprises. "Ce qui a joué aussi, souligne Bernard Uthurry, le vice-président chargé du développement économique, c'est l'esprit collectif qui a mené cette délégation". 

C'est vraiment une task force, une force de frappe qui s'est déplacée. - Bernard Uthurry, le vice-président de la Région en charge du développement économique. 

"On a eu tout à gagner à jouer collectif" Bernard Uthurry, vice-président de la Région chargé du développement économique

Jérôme Leleu, président de la French Tech Bordeaux, et Bernard Uthurry, vice-président de la Région  - Aucun(e)
Jérôme Leleu, président de la French Tech Bordeaux, et Bernard Uthurry, vice-président de la Région - Aurélie Augé - Conseil Régional

Si les entreprises néo-aquitaines ont eu cette visibilité, c'est aussi, souligne l'élu régional, parce qu'elles se sont affichées sous la bannière commune de la French Tech avec les délégations des autres régions françaises, toutes regroupées en un même lieu. "Là aussi, il y a eu un esprit collectif, qui a payé. C'est la solidarité des entreprises entre elles, enfin. que je retiendrai. Je me souviendrai de ce chef d'entreprise dont le projet pourtant n'avait pas été sélectionné, qui est venu en visiteur, qui s'est battu comme un lion et qui a fini par obtenir des rendez-vous extrêmement intéressants."