Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Des cultures d'algues bientôt en test dans la rade de Cherbourg ?

-
Par , France Bleu Cotentin

Un projet d'implantation de cultures marines dans la grande rade de Cherbourg-en-Cotentin doit être examiné ce jeudi soir en conseil municipal. Une expérience portée par Saumon de France avec l'université de Caen pour produire des algues. Une enquête publique est en cours.

Saumon de France élève des poissons dans la grande rade de Cherbourg
Saumon de France élève des poissons dans la grande rade de Cherbourg © Maxppp - Olivier Boitet

Après des truites et des saumons, des algues vont-elles être produites dans la rade de Cherbourg ? Le conseil municipal de Cherbourg-en-Cotentin se penche jeudi soir sur "l'implantation de cultures marines". Il s'agit d'un projet expérimental porté par Saumon de France avec l'université de Caen. Il consiste en une cage flottante de trente mètres de diamètre et d'un peu plus de 700 mètres carrés.  A l'intérieur, des jeunes algues implantées sur trois cordes distantes de dix mètres les unes des autres. 

Pour cette phase de test, deux variétés de végétaux doivent être cultivées.  Il s'agit d'espèces locales et non envahissantes.  Ces algues vont se nourrir des déchets produits par les poissons : pour faire simple, elles vont agir comme des agents de dépollution. Mais au-delà de ça, et c'est l'objectif principal du projet, cette culture pourrait faire émerger une filière économique d'avenir, dans le respect de l'environnement. A terme, "on pourrait remplacer des composants chimiques et artificiels par des éléments naturels", commente le président de Saumon de France Pascal Goumain. 

Obtenir l'aval des affaires maritimes

Le projet concernerait essentiellement deux secteurs : l'agroalimentaire et la cosmétique.  "ça représente des marchés colossaux", note Pascal Goumain. D'ailleurs, certains groupes de la région ont déjà montré leur intérêt sur le dossier. L'intérêt, rappelé par Saumon de France, c'est que ces algues remplaceraient des composants chimiques ou artificiels par des éléments naturels. "C'est à la fois bon pour la santé, l'environnement et ça peut déboucher sur une filière économique", ajoute le président de Saumon de France

Pour le moment, l'entreprise cherbourgeoise n'est autorisés qu'à produire des poissons, pas des algues.  Elle doit donc obtenir l'aval des affaires maritimes. Un dossier est en cours d'instruction. A noter qu'une enquête publique lancée le 30 novembre se termine le 14 décembre

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu