Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social
Dossier : Incendie à l'usine Lubrizol à Rouen

Des difficultés d'approvisionnement en lubrifiants après l'incendie de Lubrizol à Rouen ?

-
Par , France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Un mois et demi après l'incendie de Lubrizol à Rouen, le site est toujours à l'arrêt et les conséquences s'accumulent. Des clients risquent d'avoir des difficultés d'approvisionnement en produits. D'après nos informations, c'est le cas de Total Lubrifiants qui connaît une "pénurie importante".

Le violent incendie s'était déclaré vers 2 h 45 le jeudi 26 septembre 2019 à l'usine Lubrizol, site Seveso, à Rouen (Seine-Maritime).
Le violent incendie s'était déclaré vers 2 h 45 le jeudi 26 septembre 2019 à l'usine Lubrizol, site Seveso, à Rouen (Seine-Maritime). © Radio France - Antoine Sabbagh

Rouen, France

Les conséquences de l'incendie à Lubrizol se multiplient. En ce début de mois de novembre 2019, soit un mois et demi après la qui s'est produite à l'usine Lubrizol à Rouen, certains clients de l'entreprise risquent de rencontrer des difficultés d'approvisionnement en produits Lubrizol, à savoir en additifs pour lubrifiants.

D'après nos informations, le groupe Total est concerné. Dans un mail adressé à au moins l'un de ses clients et que nous avons pu consulter, le PDG de Total Lubrifiants informe qu'à la suite de l'incendie de Lubrizol, l'un de ses principaux fournisseurs d'additifs, "les capacités de production de Total Lubrifiants sont significativement affectées". Il explique être confronté "à une pénurie importante et imprévisible, indépendante de notre volonté, qui impacte les livraisons de nos produits".

"Force Majeure"

Dans ce texte, Total Lubrifiants déclare la "Force Majeure". Juridiquement, cela peut éviter au groupe d'être jugé responsable s'il ne parvient pas à respecter ses contrats. Ce n'est possible qu'en cas d'une catastrophe imprévue, insurmontable et indépendante de la volonté de l'entreprise concernée.

Le groupe Total a-t-il pris cette décision pour se protéger d'éventuelles réclamations de ses clients ou rencontre-t-il réellement d'importantes difficultés ? La question se pose et est pour l'instant restée sans réponse de la part de l'entreprise. Mais dans son mail, le groupe précise bien que "la situation risque d'être tendue au cours des semaines à venir". 

"On commence vraiment à avoir des problèmes de fourniture et cela aura forcément un impact national"

Les salariés de Lubrizol craignent justement des difficultés d'approvisionnement. Une partie de la production a été transférée sur le site du Havre mais cela ne suffit pas, les équipements ne sont pas les mêmes et il n'y est pas produit la même chose.

"On commence vraiment à avoir des problèmes de fourniture et cela aura forcément un impact national", estime Alexandre, salarié à Lubrizol. De nombreuses entreprises qui utilisent des graisses, de l'huile pour faire fonctionner leurs produits ou leurs chaînes de production pourraient être concernées. "Cela pourrait être très rapide, peut-être à la fin du mois."

C'est aussi ce que pense Gérard, un autre salarié : "Les constructeurs automobiles vont devoir arrêter des chaînes parce qu'ils n'ont plus les lubrifiants pour mettre dans leurs voitures de première monte. Après, les automobilistes eux-mêmes vont être concernés avec leur vidange. Et puis des gens pourraient être au chômage technique parce que leur entreprise ne peut pas tourner en raison du manque de lubrifiants."

Fuite des clients ?

Le risque est aussi que les clients de Lubrizol se dirigent vers d'autres vendeurs mais selon ce salarié, "on est une énorme entreprise et si les concurrents peuvent prendre quelques contrats, palier quelques défauts, au niveau volume en revanche, ils ne peuvent pas doubler leur unité de production."

Comme leurs dirigeants, ils souhaitent donc une reprise rapide de l'activité à Rouen, d'autant que si pour le moment tous sont toujours payés par Lubrizol, ils craignent que cela ne dure pas éternellement.

Choix de la station

France Bleu