Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Des dizaines de familles privées d'hébergements à Limoges, pour des motifs "contraires à la loi" selon une association

jeudi 9 novembre 2017 à 10:26 Par Fabienne Joigneault, France Bleu Limousin

L'association "Dessine-moi un logement" dénonce une situation alarmante ces derniers mois dans l'agglomération de Limoges. Elle a reçu 121 familles avec enfants, privées de logements, et dont les recours sont rejetés à tort selon elle. Stéphanie Favre, sa coordinatrice, était notre invitée ce jeudi.

Stéphanie Favre dénonce des rejets injustifiés des recours sur le logement
Stéphanie Favre dénonce des rejets injustifiés des recours sur le logement © Radio France - Jérome Edant

Limoges, France

Des dizaines de familles avec enfants sont exclues des hébergements d'urgence à Limoges. C'est le constat de l'association "Dessine-moi un logement" ces derniers mois. Sa coordinatrice en Haute-Vienne, Stéphanie Favre, était l'invitée de France Bleu Limousin à 8h15 pour en parler.

Il n'y a pas assez de places d'un part, et d'autre part, les recours prévus sont mal appliqués" - Stéphanie Favre

Limoges ne manque pourtant pas de logements en général, mais ce qui fait défaut, ce sont les hébergements d'urgence, explique-t-elle. "Il n'y a pas assez de places d'un part, et d'autre part, les recours prévus (notamment au titre du droit au logement opposable) sont mal appliqués : on assiste à un taux de rejet des recours très important". Des rejets, dénonce Stéphanie Favre, "pour des motifs contraires à la loi, par exemple le fait que le ménage soit inscrit sur une liste d'attente pour accéder à un hébergement. Or, la loi prévoit justement que des ménages qui ont fait des démarches pour avoir un logement, mais ne l'ont pas obtenu puissent faire jouer ce texte." Le comité de suivi DALO est donc venu en Haute-Vienne pour voir ce qui se passait.

Stéphanie Favre, invitée de France Bleu Limousin à 8h15

Le nombre de personnes concernées au total reste difficile à évaluer, "parce que beaucoup ne nous font pas appel", explique Stéphanie Favre, "'il y a un besoin d'information". Mais l'association "Dessine-moi un logement" a accueilli à la maison de la justice et du droit 121 ménages, avec 146 enfants. Des personnes qui n'ont pas accès au logement à cause en premier lieu de la pauvreté, et ensuite de situations administratives fragiles (en attente d'un titre de séjour par exemple).