Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social
Dossier : Mouvement des gilets jaunes

Des dizaines de gilets jaunes évacués du dépôt pétrolier Rubis du Grand-Quevilly

Quelques dizaines de "gilets jaunes" ont été évacués dans le calme du centre dépôt pétrolier Rubis, au Grand-Quevilly, ce mercredi 2 janvier 2019, vers 9H. Ils ont tenté de le bloquer dans la nuit.

Quelques dizaines de Gilets Jaunes ont bloqué les camions pendant une partie de la nuit.
Quelques dizaines de Gilets Jaunes ont bloqué les camions pendant une partie de la nuit. © Maxppp - Leon Tanguy

Le Grand-Quevilly, France

Une quarantaine de "Gilets Jaunes" a été évacuée ce mercredi 2 janvier 2019, peu avant 9H. Depuis cette nuit, ils bloquaient les camions devant le dépôt pétrolier Rubis du Grand-Quevilly, près de Rouen. Benoît Lemaire est le directeur de cabinet de la préfète de Seine-Maritime :

Comme tout blocage, il n'est pas acceptable. Faire un feu devant un dépôt pétrolier c'est extrêmement dangereux. Ils seront autant que possible poursuivi devant les tribunaux. Ce sont des actions particulièrement irresponsables, surtout dans ce cas-là. Comme nous le faisons depuis le début du mouvement, dès qu'il y a blocage et que ce blocage crée une gêne à l'ordre public et à la sécurité publique, les forces de l'ordre interviennent."

Naïma, gilet jaune de Gournay en Bray conteste les propos de Benoît Lemaire. Elle était présente au Terminal Rubis ce matin : 

Sur la route du retour les copains ont entendu à la radio qu'il y avait eu un feu et l'usage de la force, alors que pas du tout. La police est venue une première fois pour nous dire de ne pas brûler les palettes. On s'est engagé et on n'a rien brûlé. Ils sont revenus vers 8h30 pour nous demander de partir sinon ils utiliseraient la force. On est donc parti. C'était pacifique et sans aucune insulte. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu