Économie – Social

Des emplois, mais pas assez de candidats dans l'industrie en Bretagne

Par Jean Saint-Marc, France Bleu Breizh Izel jeudi 10 avril 2014 à 12:09

Les postes de tourneur-fraiseur sont particulièrement difficiles à pourvoir dans la région
Les postes de tourneur-fraiseur sont particulièrement difficiles à pourvoir dans la région © Creative commons

Le chômage est en hausse, mais il existe des emplois non-pourvus dans la région. En 2014, les entreprises bretonnes projettent de recruter 90.000 personnes, dont une bonne partie dans l'industrie. Mais pas facile de trouver des candidats !

En 2014, 9.300 Bretons pourront être embauchés dans le secteur de l'industrie , selon l'enquête annuelle de Pôle Emploi sur les besoins des entreprises. Mais une bonne partie de ces recrutements seront "difficiles " selon les employeurs. En moyenne dans la région un emploi sur trois est jugé difficile à pourvoir. Et ce chiffres monte à 55% dans certains secteurs comme la metallurgie.

"C'est très compliqué de trouver des tourneurs-fraiseurs par exemple ", explique Frank Troesch responsable du site de Cavan du groupe ST Industries. Sur les 120 salariés de son entreprise, il y a toujours environ "4 à 5 postes à pourvoir " . Face à ce problème, il est obligé de recourir aux heures supplémentaires... Et il tente de former des jeunes via l'apprentissage.

"Six candidats pour dix places" dans certaines formations

Toutes les entreprises du secteur sont dans cette situation... Dans les agences d'intérim, les annonces pour les métiers de tourneur-fraiseur, d'électro-mécanicien ou de techniciens de maintenance s'accumulent : "on a en moyenne 15% d'annonces qui ne trouvent pas de candidats, mais c'est encore plus dans l'industrie " témoigne Yannick Gourmelen, responsable de l'agence Gerinter à Quimper.

En cause, un manque de candidats dans les formations de la filière . Alors qu'ils assurent un emploi à coup sûr ou presque, les bac pro et BTS du secteur sont loin de faire le plein de candidats, selon Lionel Le Gruiec, directeur du Centre d'information et d'orientation de Lannion :

\"Malheureusement, il n'y a pas de Top Chef métallurgie\"

La situation est sensiblement la même dans l'agroalimentaire ... Le premier secteur breton devrait recruter 5.500 personnes en 2014. Mais là non plus, pas facile de convaincre les jeunes d'aller travailler à la chaîne, dans le froid dans les usines agroalimentaire de la région. Elles tentent donc de redorer leur image à travers des opérations comme la "semaine de l'industrie". L'entreprise Farmor à Guingamp y participait :

Un reportage de Jean Saint-Marc