Économie – Social

Des espaces commerciaux à l'essai pour redynamiser le centre-ville

Par Pierre Coquelin, France Bleu Belfort-Montbéliard mercredi 30 septembre 2015 à 15:31

Un local de 120m2 a été trouvé dans le centre-ville de Valentigney
Un local de 120m2 a été trouvé dans le centre-ville de Valentigney © Radio France - Pierre Coquelin

Le dispositif Echop (Eclosion de commerce hébergé à objectif pérenne) vient d'être lancé dans le Pays de Montbéliard. Il s'agit de mettre un local commercial à la disposition de porteurs de projets pendant six mois. Le but : redynamiser l'attractivité des centres-villes.

Offrir un local commercial pendant six mois à un porteur de projet. C'est la définition du dispositif Echop (Eclosion de commerce hébergé à objectif pérenne), qui fait son apparition dans le Pays de Montbéliard. L'objectif souhaité, c'est de redynamiser les centres-villes de l'agglomération, de pérenniser une activité face à la valse des enseignes. "A Montbéliard, il y a entre 50 et 100 cellules vides dans le centre-ville", note Jean-Claude Passier, premier adjoint de Montbéliard.

"C'est un dispositif quasi sans risque pour les porteurs de projet", explique Didier Klein, vice-président de Pays de Montbéliard agglomération (PMA). En outre, Echop dispose de nombreux avantages : une phase test de 6 mois, un emplacement de premier choix (centre-ville) et un accompagnement pour aider le porteur de projet à créer et développer son entreprise. Accompagnement, condition sine qua non de la pérennité de l'activité : selon l'agence économique du Doubs Développement 25, cette pérennité est de l'ordre de 80 à 90% avec accompagnement, 50% sans accompagnement. 

Droit de préemption des communes

Une fois le projet finalisé, son porteur vient le présenter devant un comité local informel (composé de représentants de la commune, de PMA, de l'association des commerçants, des structures d'accompagnement voire du propriétaire) pour décider de sa viabilité et de sa validation. La commune peut ainsi mettre en avant son droit de préemption. "ça veut dire que la ville est informée de ce qui se passe par les cédants, par les notaires. C'est déjà rentrer dans le jeu de savoir ce qu'on laisse s'installer ou pas", confie Jean-Claude Passier, premier adjoint de Montbéliard. 

Jean-Claude Passier, premier adjoint de Montbéliard chargé de l'économie

Si le projet est retenu, le créateur d'entreprise s'installe pour 6 mois. A l'issue de la période test, il peut, en fonction du contexte, poursuivre son activité dans la cellule. La convention d'occupation précaire se transforme alors en bail commercial. 

Pour le moment, deux communes de PMA participent au projet. Un local de 120m2 appartenant à la commune a été trouvé à Valentigney, juste en face de la mairie. Des recherches sont encore en cours à Montbéliard. 

Une initiative similaire a été mise en place à Noyon (Picardie) il y a 2 ans, dans une rue où la vacance commerciale (nombre de cellules vides) était de l'ordre de 50%. Une boutique de vêtements s'est installée. "Les autres locaux environnants ont trouvé preneurs. le commerce amène le commerce."

Si vous êtes intéressé, vous pouvez contacter le service développement économique de Pays de Montbéliard agglomération au 03 81 31 87 75.